Gazette Drouot logo print

Vente aux enchères de Arts décoratifs du XXe, design et sculptures - Paris

Enchérissez sur la liste des lots Ader : 03 juin 2022 - Salle 1-7 - Hôtel Drouot - Paris

Arts décoratifs du XXe, design et sculptures

vendredi 03 juin 2022 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 1-7 - Hôtel Drouot - 75009 Paris
Ader , Ader Entreprises & Patrimoine
Arts décoratifs du XXe, design et sculptures
La chronologie est respectée dans cette dispersion puisque l'on commence avec les pièces de la fin du XIX e . Deux mentions spéciales reviennent à un spectaculaire vase formant cache-pot en grès brun d'Ernest Chaplet et Ringer d'Inlzach – concepteur du décor et Haviland & Co éditeur – figurant des personnages à La Foire du Trône (6 000/8 000 €) et à un meuble historisant en bois laqué polychrome et doré de H. Mareau, daté 1872, mettant en scène une Scène de tournoi et un mariage supposé dans la famille des Mareau au XVI e siècle (3 000/5 000 €). Suivons également une paire de fauteuils d'architecte en chêne des années 1925-1930 attribué à Piet Kramer de l'école d'Amsterdam (6 000/8 000 €), une partie de service de 9 pièces (verseuse, pots à lait et à sucre, trois tasses et soucoupes) en porcelaine émaillée à décor de cercles de la manufacture autrichienne Josef Böck sous la direction de Koloman Moser (édition ancienne du début du XX e siècle, 4 000/6 000 €), une intéressante pendule moderniste en métal nickelé de Jean Tranchant (1904-1972) figurant deux personnages traités en découpe soutenant un cercle et une sphère (8 000/12 000 ). Comptez 20 000/30 000 € pour un grand miroir en talosel beige de Line Vautrin, "Soleil Torsade" (modèle conçu vers 1955), 15 000/20 000 € et 10 000/15 000 € respectivement pour une grande table de salle à manger en chêne sculpté à la gouge, évoquant le martelage et une paire de bancs de même facture estampillés des Artisans de Marolles. C'est entre 500 000 et 800 000 € que sont espérées successivement deux tables, dites "Trapèze", en tôle pliée et laquée noir, réalisées par Jean Prouvé en 1956 pour la résidence universitaire Jean Zay, à Antony. Elles sont vendues au profit du Crous en collaboration avec Ader Entreprises et Patrimoine (voir Gazette n° 14, page 6). Elles sont accompagnées de chaises paillées de Charlotte Perriand, de luminaires de Serge Mouille, de Mathieu Matégot et de Pierre Guariche mais aussi d'une sculpture de forme libre de Georges Jouve en céramique émaillée noir (vers 1954, 20 000/30 000 €), une pièce en grès blanc chamotté de Valetine Schlegel, Le Cœur (vers 1957-1958, même estimation). Articles après-vente
Prouvé à la rescousse du Crous
Pièces majeures du rendez-vous d’arts décoratifs duLire la suite
Articles avant-vente
Des formes libres, archaïques et modernes
Sétoise, ancrée dans la rive antique de la Méditerranée,Lire la suite
Deux tables de Jean Prouvé pour la cité universitaire d’Antony, l’essence du design
Spectaculaire témoignage de l’ameublement d’origineLire la suite
Arts décoratifs du XXe, design et sculptures
131 Résultats
Liste Galerie