Gazette Drouot logo print

Prouvé à la rescousse du Crous

Publié le , par Christophe Provot

Pièces majeures du rendez-vous d’arts décoratifs du XXe siècle à Drouot, deux tables de Jean Prouvé ont largement surpassé les attentes. Et signent un nouveau record.

Jean Prouvé (1901-1984), deux tables centrales dites Trapèze, version longue, pied... Prouvé à la rescousse du Crous
Jean Prouvé (1901-1984), deux tables centrales dites Trapèze, version longue, pied en tôle pliée, soudée et laquée noir, plateau en latté stratifié noir, 73 332 72 cm.
Adjugé : 1 922 000 € chaque

922 000 €. Tel était le prix à payer pour faire sienne l’une ou l’autre des deux tables du designer-architecte Jean Prouvé, vendues au profit du Crous de Versailles. Totalisant près de 4 M€ et acquises par un collectionneur français ainsi qu’une grande collection du Vieux Continent, elles établissent un double record, national tout d’abord, mais aussi européen en se hissant à la deuxième place du podium mondial (source : Artnet). Réalisées en 1956 sur un modèle conçu en 1952, ces deux tables centrales, dites Trapèze, version longue, ornaient jusqu’à décembre dernier le réfectoire de la résidence universitaire Jean-Zay à Antony, et vu bon nombre d’étudiants s’attabler autour d’elles en presque soixante-dix ans. Habitué des grands chantiers – il a alors à son actif les aménagements de la cité universitaire de Nancy (1933) et de la faculté de droit d’Aix-en Provence (1952) –, Prouvé remporte en 1956, avec la société Mobilor, le concours pour meubler les espaces collectifs de l’institution des Hauts-de-Seine, comprenant les vestiaires et le restaurant universitaire. Emblématique de son œuvre, la table Trapèze se définit par son caractère architectural, mêlant tout à la fois «légèreté, solidité, fluidité, modernité» selon les mots d’Emmanuel Eyraud, expert de la vente. Conçues pour le plus grand nombre, avec leurs formes évoquant l’univers aéronautique – rappelons que leur auteur était un passionné de mécanique et d’aviation et fut lui-même pilote –, nos tables ne pouvaient que s’envoler au plus haut des enchères. Parmi les autres beaux résultats, citons la rare sculpture (h. 45,5 cm) de forme libre, épreuve en céramique émaillée noir datée 1954 de Georges Jouve (1910-1964), emportée à 140 800 € (reproduit page de gauche), ou encore les 74 240 € allant à Valentine Schlegel pour son Cœur, épreuve en grès blanc chamotté (h. 41,5 cm), aperçu en page 46 de la Gazette n° 21 (voir l'article Des formes libres, archaïques et modernes de la Gazette n° 21, page 46).
 

Georges Jouve (1910-1964), Sans titre, vers 1954, épreuve en céramique émaillée noir, base en pierre d’origine, h. 45,5 cm.Adjugé : 140 80
Georges Jouve (1910-1964), Sans titre, vers 1954, épreuve en céramique émaillée noir, base en pierre d’origine, h. 45,5 cm.
Adjugé : 140 800 €
vendredi 03 juin 2022 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 1-7 - Hôtel Drouot - 75009
Ader , Ader Entreprises & Patrimoine
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne