Panorama (avant-vente)

Suzanne Lenglen, janvier 1925

«Je me sens revivre une raquette à la main» écrit Suzanne Lenglenen janvier 1925 à son ami Antoine «Coco» Gentien, depuis la villa Ariem, à Nice.

«Je joue le Carlton… le tennis m’amuse énormément et je ne fais que cela… et danser. Je me sens revivre une raquette à la main. Ma forme est bonne malgré de tristes ampoules inévitables… », écrit Suzanne Lenglen (1899-1938) en janvier 1925 à son ami Antoine «Coco» Gentien, depuis la villa Ariem, à Nice, où elle réside. 241 titres, 98 % de matchs gagnés, six victoires aux internationaux de France et à Wimbledon, une médaille d’or aux JO d’Anvers en 1920, cette sportive, qui fit ses premiers pas sur un court à 12 ans, mérite bien son surnom : «La Divine». 1 000/1 200 € sont demandés de ces deux pages (in-4°) inscrites au programme de la maison Mirabaud – Mercier (cabinet Vallériaux) samedi 3, salle 14 à Drouot.

Agenda
À l'heure où viennent de s'achever (le Tour de France) ou se tiennent (Internationaux de Roland-Garros) des manifestations sportives et où les JO de Paris se profilent à l'horizon 2024, précédés de ceux de Tokyo l'an prochain, tous les sports sont représentés dans cette dispersion. Olympiques, collectifs et individuels – tennis, football, rugby, cyclisme, sports nautiques, d'hiver et équestres, athlétisme, courses de lévriers, tauromachie, pelote basque – à chacun le sien et le souvenir. Médailles, programmes, tableaux, affiches, sculptures, photos, raquettes, ballons et maillots se négocieront entre 30 et 4 000 €.
samedi 03 octobre 2020 - 13:30 - Live
Salle 14 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Mirabaud - Mercier
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne