Dans les pas de Millet

Le 23 juillet 2020, par Sophie Reyssat

Sensible à l’humanité de ses sujets, l’artiste de Barbizon pare le quotidien de poésie.

Jean-François Millet (1814-1875), Les Premiers Pas, pastel sur papier signé, 40 46,7 cm.
Adjugé : 262 500 

Jean-François Millet était le meilleur interprète du XIXe siècle, dont les tableaux attiraient de fidèles amateurs dans la salle de Fontainebleau. À côté des villes grouillantes d’activité, et des régions ouvrières bouleversées par la révolution industrielle, la vie rurale de Barbizon semble alors un havre de paix. L’artiste y a trouvé son inspiration, comme en témoigne ce pastel titré Les Premiers Pas, qui était le coup de cœur d’un amateur français (voir l'article «Premiers pas» pour Jean-François Millet de la Gazette n° 27, page 20 et l'article De Millet à Sonrel de la Gazette n° 28, page 60). Les bords de mer avaient également la faveur des enchères. Il fallait en effet prévoir 11 250 € pour Marseille, les calanques, une toile de Jean-Baptiste Olive. Brillant coloriste, il offre au spectateur la vision d’un paysage écrasé de soleil en plein midi : il éclabousse de lumière les roches plongeant dans une mer d’un bleu intense, rendu plus profond encore par des reflets verts et mauves (46 65 cm). De quinze ans son aîné, Charles Kuwasseg adopte une touche plus classique pour représenter un Bord de côte normande, animé de pêcheurs remontant leur lourd filet sous d’imposantes falaises de calcaire, illuminées par la lumière dorée du petit matin. Artiste mais aussi marin, il s’est notamment spécialisé dans les panoramas maritimes, peints d’un pinceau subtil. Très appréciées de ses contemporains, ses œuvres n’ont rien perdu de leur charme, sa toile ayant recueilli 10 000 €, malgré deux accidents (55 100 cm).

dimanche 19 juillet 2020 - 14:00 - Live
9-11, rue Royale 77300 Fontainebleau
Osenat
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne