La Rochelle vu par Pierre-Auguste Renoir

Le 17 juin 2021, par Anne Doridou-Heim

L’eau était le fil bleu qui liait les quatre plus importantes peintures de cette vente, celles de Boudin, Renoir, Marquet et Loiseau.

Pierre-Auguste Renoir (1841-1919), La Rochelle, vers 1896, huile sur toile, 32 41 cm.
Adjugé : 193 200 

Tout comme la vue de Venise d’Eugène Boudin (voir ci-dessous et voir l'article Eugène Boudin au fil de l’eau de la Gazette n° 22, page 44) adjugée 270 480 €, celle de Bordeaux, Les Quinconces d’Albert Marquet, choisie en couverture de la Gazette n° 21 (voir l'article Les inspirations bordelaises d’Albert Marquet), vendue 122 360 €, et Les Grands Arbres en bord de rivière (65 81 cm) de Gustave Loiseau qui serpentaient à 100 464 €, cette toile de Pierre-Auguste Renoir suit le fil de l’eau et provient d’un élégant appartement parisien de la rive gauche. Le port de Charente-Maritime y est traité en un véritable arc-en-ciel, avec une touche libérée, jouant du mouvement de la mer et des voiles, des ondulations du ciel et des nuances des reflets du soleil. On a l’impression que selon la lumière du jour sous laquelle on la regarde, elle change d’aspect. Il s’agit d’un véritable tableau et non d’une pochade, comme on en voit souvent passer, bénéficiant d’un pedigree impeccable – Ambroise Vollard, qui s’occupait de la commercialisation de ses œuvres, puis notamment Bernheim-Jeune – et montré à la Fondation Gianadda en 2014 lors d’une exposition consacrée à ce maître de l’impressionnisme : beaucoup d’atouts qui le menaient sereinement vers 193 200 €. Le séjour de Renoir à La Rochelle est attesté par plusieurs peintures réalisées sur place – représentant le port, les tours poudrières ou la jetée –, toutes rendues avec cette atmosphère irisée qui nimbe chaque élément de la composition. Le peintre aimait voyager à travers la France comme à l’étranger, même si l’on cite le plus souvent Essoyes et Cagnes-sur-Mer comme lieux de sa production. Il disait : «J’aime les tableaux qui me donnent envie de me balader dedans». Mission réussie.
 

Eugène Boudin (1824-1898), Venise, le quai de la Giudecca, effet du matin, 1895, huile sur toile, 55 x 90 cm. Vendredi 11 juin, salle 1-7
Eugène Boudin (1824-1898), Venise, le quai de la Giudecca, effet du matin, 1895, huile sur toile, 55 90 cm. Vendredi 11 juin, salle 1-7 - Drouot-Richelieu. Maigret (Thierry de) OVV. Mme Sevestre-Barbé, M. de Louvencourt.
Adjugé : 270 480 
vendredi 11 juin 2021 - 13:30 - Live
Thierry de Maigret
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne