Un cadeau de Colt au général Stonewall Jackson

Le 28 mai 2020, par Sophie Reyssat

Coup double pour un revolver Colt ayant valeur de souvenir historique et une toile de Manuel Cargaleiro.

Revolver Colt Navy modèle 1851, six coups, calibre 36, canon à pans marqué «Address Col. Saml Colt New-York U.S. America», orné de chaque côté de deux chiens en argent appliqués en relief, pontet en laiton, plaquettes de crosse en ivoire sculpté d’une tête de cavalier casqué en fort relief, dans son coffret d’origine avec accessoires.
Adjugé : 16 764 

À lui seul, ce revolver évoque le souvenir de plusieurs personnalités ayant marqué l’histoire des États-Unis. De quoi justifier un résultat à près du double de son estimation. Une attestation manuscrite rédigée vers 1895 indique en effet que ce «Navy», appartenant au deuxième modèle d’arme à feu produit par Samuel Colt en 1851 (qui fut l’un des plus vendus en son temps, grâce à sa capacité à atteindre des cibles éloignées), a été offert par l’armurier lui-même au général Stonewall Jackson, le bras droit du général Lee pendant la guerre de Sécession. Le revolver fut ensuite remis au général Alexandre Alfred Solier, en 1870. Quittons les souvenirs historiques pour la peinture, avec Manuel Cargaleiro. L’artiste portugais obtenait 31 750 € pour Fleurs et carreaux (65 54 cm). Cette toile de 1976 évoque son autre passion, la céramique, qu’il a étudiée en Italie, puis à Gien, dans les années 1950, avant de s’installer en France. Le peintre, dont le travail est alors influencé par l’école de Paris, est ainsi également devenu un maître en matière d’azulejos. Ces deux formes d’expression sont pour lui indissociables. Les Trois Baigneuses, de Claude Venard, pourraient quant à elles évoquer l’art du vitrail, la juxtaposition de couleurs tranchées donnant vie aux formes en créant une géométrie déstructurée. 25 000 € étaient requis pour ces naïades post-cubistes, tandis que Les Écuyères de Marcel Cosson, se préparant à entrer en piste dans l’arène d’un cirque, séduisaient par leurs rondeurs avenantes, dans une toile emportée pour 13 716 €. Un détour au rayon des objets d’art permettait d’apprécier la créativité d’un autre céramiste, Roger Capron, dont une lampe en céramique émaillée gris noir, évoquant une tête caprine stylisée, était négociée à 10 160 €. La pièce a conservé son abat-jour d’origine.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne