Scènes intimistes de Mai-Thu, portrait de Combas et danseuses de Cosson

Le 18 juillet 2019, par Philippe Dufour

Présentant un sujet peu fréquent chez l’artiste vietnamien, et datant d’une période recherchée, une scène musicale de jardin triplait son estimation haute.

Mai Trung Thu, dit Mai-Thu (1906-1980), Jeunes musiciennes danseuses dans un jardin, vers 1940, encre et gouache sur soie, 95 68 cm.
Adjugé : 327 010 

327 010 € ont ainsi récompensé ce groupe de jeunes beautés, jouant d’un instrument pour les unes et dansant pour les autres, sur un fond paysager, où l’on distingue pièce d’eau et ponton (voir l'article Mai-Thu : sur un air de musique vietnamienne de la Gazette n° 26, page 84). Un excellent score donc, qui s’inscrit désormais dans la fourchette haute de ceux attribués récemment à Mai-Thu pour sa thématique musicale (source Artnet). Si l’on voulait absolument décrocher une œuvre du peintre, un lot plus abordable s’offrait ensuite avec Grand-mère et enfant endormi, de 1976 ; d’un sujet courant chez l’artiste, et doté d’un cadre réalisé par ses soins, comme à son habitude, il était adjugé pour 20 978 €. À l’opposé de cette esthétique tout en douceur, le travail d’un Robert Combas, rénovateur de la figuration à l’orée des années 1980, éclaboussait de couleurs la session ; peint en 1989, ce Portrait en technique mixte, signé et daté, s’élevait jusqu’à 9 748 €. André Derain lui-même était présent avec un caractéristique Nu à la draperie blanche. La toile porte au dos le cachet de l’atelier, et une intéressante étiquette «Exposition Derain de l’Athénée, Genève, juillet-octobre 1959» (4 874 €). Quant à Marcel Cosson, chroniqueur des scènes de ballet et des salles de répétition, il était bien représenté par trois toiles. La première, montrait une assemblée de danseuses fixée Dans le foyer de l’opéra, qui était cédée pour 2 838 €. Pour 2 282 €, suivait une autre figure féminine séduisante avec Devant le miroir, alors qu’À l’opéra évoquait à nouveau ce lieu favori de l’artiste et était récompensé par 1 480 €. En guise d’épilogue, donnons le résultat notable de 35 785 € inscrit sur une bague en or gris, ornée d’un saphir ovale de 5,07 ct facetté en serti double griffe, dans un entourage rehaussé de diamants brillantés.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne