facebook
Gazette Drouot logo print

Une découverte et un record pour Lazzaro Bastiani

Le 03 décembre 2020, par Philippe Dufour

La Madone du Vénitien était fort attendue, en raison de son caractère inédit et, tout simplement, de sa beauté. Victorieuse, elle n’éclipsait pas pour autant une peinture chinoise et l’horlogerie française.

Une découverte et un record pour Lazzaro Bastiani
Lazzaro Bastiani (actif de 1449 à 1512), La Vierge adorant l’Enfant, huile sur panneau de bois rectangulaire, 48 31 cm.
Adjugé : 142 600 

Lazzaro Bastiani a travaillé avec Gentile Bellini à l’ornementation de la Scuola Grande di San Marco, et il en reste quelque chose ici, avec la frontalité monumentale des deux personnages représentés. La Vierge adorant l’Enfant est empreinte de toute la gravité de celle qui entrevoit la destinée qui attend son fils (voir l'article XVe siècle : adoration et prémonition de la Gazette n° 41, page 147)… Redécouvert dans une collection privée de la région de Troyes, ce panneau de dévotion (48 31 cm) a inscrit un record pour une œuvre de cet artiste rare avec pas moins de 142 600 €, offerts par un Français, à partir d’une estimation haute 70 000 € (source : Artnet). Direction la Chine encore, pour admirer une peinture d’album (13,3 26,6 cm) à l’encre et couleurs légères sur papier, représentant deux lettrés dans le pavillon d’une demeure nichée, parmi les arbres, sur les berges d’un lac bordées de montagnes dans le lointain. Accompagnée d’un long poème sur le thème de l’hirondelle, elle porte trois cachets apocryphes de Qianlong et de Jiaqing. Datant de la fin du XVIIIe ou du début du XIXe siècle, elle s’élevait jusqu’à 33 480 €. Au rayon des arts décoratifs, tintaient deux pendules illustrant la maîtrise et l’élégance des horlogers parisiens. La plus appréciée, avec 13 640 €, était un modèle de cheminée violoné de forme régulateur de parquet, de style Louis XV ; en placage de bois de rose et ornementation de bronze doré, elle est surmontée d’une sphère auxiliaire au profil d’Henri IV (h. 77 cm), son cadran émaillé portant la signature de « Imbert l’Aîné ». Plus gracieuse s’avérait une autre pendule en bronze doré et patiné, du début du XIXe siècle, sommée du couple juvénile de «Paul et Virginie» ; les deux tourtereaux imaginés par Bernardin de Saint-Pierre sont portés sur un palanquin par deux indigènes en pagne (48 32,5 cm). Il en coûtait cette fois 10 168 €.

vendredi 27 novembre 2020 - 09:00 - Live
Ivoire Troyes - Boisseau-Pomez
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot