Les petits chevaux fougueux de Dom Robert

Le 19 novembre 2020, par Philippe Dufour

À la fois moine et artiste, le peintre cartonnier nous a emmenés cette fois dans les plaines américaines, tandis qu’Alexandre Roubtzoff préférait évoquer sa thébaïde tunisienne.

Dom Robert (1907-1997), Western, tapisserie en laine polychrome, signée, monogrammée «G.G.» en bas à droite pour l’atelier de Suzanne Goubely-Gatien à Aubusson, cartel d’édition, avec signature de l’artiste et numéro-matricule «493», 195 220 cm.
Adjugé : 31 000 

Retiré dès 1930 à l’abbaye d’En-Calcat, dans le Tarn, Dom Robert a élaboré dans le calme de son cloître une œuvre joyeuse, qui chante les louanges de la Création… D’une inspiration moins rustique qu’à l’habitude, sa tapisserie en laine polychrome, intitulée Western (195 220 cm), avait tout pour séduire, animée de douze chevaux facétieux (voir l'article Une nature rêvée de la Gazette n° 39, page 100). Signée par l’artiste en bas à gauche, elle porte aussi le monogramme «G.G.» en bas à droite, ce qui indique son lieu de tissage : l’atelier de Suzanne Goubely-Gatien à Aubusson, l’un de ses deux favoris avec Tabard. La pièce, réalisée à partir d’un carton de 1965, arbore aussi un cartel d’édition, avec signature de l’artiste, et un numéro-matricule «493». Très recherché aujourd’hui, ce travail a été adjugé 31 000 €. Alexandre Roubtzoff, lui, a toujours préféré les charmes orientaux de la Tunisie. Le peintre russe découvre le pays en 1914, et tombe sous le charme de ses scènes aux couleurs éclatantes. C’est en 1917 qu’il peint l’un de ses sites les plus magiques, le village de Sidi Bou Saïd dominant le golfe de Tunis et Carthage. La toile (29 39,5 cm), marouflée sur un panneau de pin, est située par une inscription et signée. Quadruplant son estimation haute de 3 500 €, elle devait s’envoler jusqu’à 11 200 €.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne