Service à décor estival

Le 07 mai 2019, par Caroline Legrand

Prenant la suite de la manufacture de Vincennes, Sèvres produit tout au long du XVIIIe siècle des services en porcelaine tendre pour la cour et les souverains étrangers. Celui-ci est particulièrement complet.

Sèvres, 1791-1793, service de table en porcelaine tendre à décor polychrome de guirlandes de roses encadrées de larges «filets bleu nouveau» à motifs de frises de feuillage doré cernant des bouquets de roses avec «barbeau».
Estimation : 20 000/25 000 

Il comprend en effet trente-deux assiettes, quatre compotiers, deux jattes, deux plats ovales et quatre beurriers ovales couverts sur leurs plateaux adhérents. Son décor, raffiné et simple à la fois, présente des bouquets de roses avec des bleuets («barbeaux»). Il témoigne de la notoriété grandissante de la manufacture royale, qui l’amène à diversifier son offre avec des pièces de grande qualité pour des particuliers  fortunés tout de même. Les premières tentatives de porcelaine tendre pour imiter celles de la Chine remontent à la Renaissance, par exemple sous les Médicis. Les formulations étaient à l’origine des mélanges d’argile et de verre pilé, appelés «fritte». Au fil du temps, d’autres matériaux comme le kaolin et le feldspath améliorent cette porcelaine qui sera nommée «dure». L’organisation des repas à l’époque demande plus de pièces pour les divers services, comprenant eux-mêmes plusieurs plats, et de multiples assiettes. La salle à manger commence tout juste à apparaître dans les appartements privés du roi et chez les hauts personnages de la cour. Les hôtes se servent directement à la table dressée faisant office de buffet, choisissant les mets. Les tables sont desservies et réapprovisionnées par des valets. Ce repas à la française va peu à peu être remplacé par le service à la russe, où les convives restent assis et sont servis à leur place.

Agenda

Provenant d’un château de l’Orne et appartenant à divers, le mobilier et les objets d’art dominent cette session avec un bureau plat en placage de frisage et ornementation de bronzes dorés de style Rocaille, réalisé vers 1900, évalué 6 000/8 000 € et une lampe de table de Tiffany Studio à New York, prisée 5 000/6 000 €. Une surprise pourrait venir de deux bronzes de l’école russe du XIXe siècle de la série des grands princes de Kiev de la dynastie des Riourikides : ils sont estimés chacun 1 000/1 500 €.

samedi 11 mai 2019 - 14:00
Alençon - 33, rue Demées - 61000
Orne Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne