mardi 28 mai 2019 - 14:30 - Live
Salle 6 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 7500...
Aguttes
Après la dispersion de sa collection d’archéologie en décembre dernier emmenée par une collection de casques antiques, place à celle de souvenirs napoléoniens et d’armes anciennes de Gilles Grimm. À quelques exceptions près, ces deux jours de ventes sont consacrés aux objets réunis depuis plusieurs décennies autour du monde par cet autodidacte qui a fait fortune dans l’immobilier. Si la pièce la plus disputée devrait être une canne en dent de narval ayant appartenu à l’Empereur à Sainte-Hélène (100 000/120 000 €), on a retenu aussi une chemise en toile de batiste portée par Napoléon dans l’île de l’Atlantique (80 000/100 000 €), un madras en soie brodée à son chiffre de même provenance (35 000/40 000 €). C’est autour de 40 000/60 000 € qu’est attendue la couverture du catalogue, une épée de cour ou de présent, d’époque Louis XVI (vers 1785), en vermeil entièrement ciselé de motifs géométriques rehaussé de douze médaillons en émail bleu constellé d’étoiles et de 513 pierres du Rhin. Cette première dispersion s’achève avec un ensemble de tasses et assiettes en porcelaine dure, de Paris pour l’essentiel, d’époque Restauration et Napoléon III (est. 300 /3 000 €). 150 à 10 000 € environ, telle est la fourchette d’estimation des armes, à feu, mais surtout blanches, des casques et autres pièces d’équipement, qui jalonnent la seconde vacation. Articles après-vente
Les armes et souvenirs historiques de Gilles Grimm
Second clap pour la collection de l’investisseur immobilier.Lire la suite
Articles avant-vente
La canne impériale de la collection Gilles Grimm
Une canne utilisée par Napoléon à Sainte-Hélène emmèneLire la suite
195 Résultats