Sollicités les premiers, les amateurs de porcelaines de Sèvres XVIII e devront engager 20 000/30 000 € et 3 000/5 000 € notamment pour espérer repartir avec, respectivement, une paire de seaux à bouteille ordinaire issue du service "Décoration riche en couleurs variées peinture et or", livré soit pour le roi Gustave III de Suède en juin 1784, soit pour la reine Marie-Antoinette deux mois plus tard, et un pot à eau tourné, son couvercle et sa jatte ovale à décor polychrome et or. Un peu plus loin, on a retenu une nappe en broderie d'Appenzell début XX e à décor de scène de genre (1 000/1 500 €), un imposant meuble de présentation de style néo-pompéien en chêne et bois doré marqueté des années 1900 (8 000/10 000 €). Un reliquaire monstrance en argent repoussé ciselé et doré, travail de Barcelone d'époque XVI e , pourrait trouver preneur à 10 000/15 000 €, un buste de sainte femme ou de Vierge en calcaire sculpté en ronde bosse de l'atelier de Michel Colombe est annoncé à 4 000/6 000 €. Le fleuron de cette dispersion est une plaque en émail peint du Maître de l'Éneide (Limoges, vers 1525-1530), Les Bocages fortunés (voir Gazette n° 15, pages 6 et 14). Elle est attendue à 200 000/300 000 €. Dans un autre genre sont annoncés une toile de Joseph-Nicolas Robert-Fleury,  L'Exécution du doge Marino Faliero, 1844 exposée au Salon l'année suivante (5 000/8 000 €), un coffret vénitien fin XVI e -début XVII e en bois laqué rouge, vert et or sur fond noir enchâssant des plaques de cristal (10 000/15 000 €), une Vue du château et du village de Seignelay de l'entourage de Frans Van der Meulen, fief de Jean-Baptiste Colbert, acheté en 1658 où il fait ouvrir une manufacture de soie (15 000/20 000 €). Disposant de la même somme, on tentera sa chance sur une commode galbée en placage de satiné, d'époque Transition, inspirée d'un modèle de Charles Topino, tandis que 20 000/30 000 € sont espérés d'une coupe en jaspe montée en argent, vermeil, nacre, perles et émail, attribuée à Rudolphi. On termine avec deux paysages  de Johan Bartold Jongkind, sur leur toile d'origine, exposés à la galerie Georges Petit en 1921 : Le Canal de l'Ourcq à Pantin, 1879 (10 000/15 000 €) et Le Fardier sur le boulevard extérieur, Paris, 1861 (4 000/6 000 €). Articles après-vente
Record pour le Maître de l'Énéide
Enchère millionnaire pour une plaque en émail limousinLire la suite
Articles avant-vente
Une coupe attribuée à Frédéric-Jules Rudolphi
Cette coupe n’est pas une illusion malgré son décorLire la suite
Une plaque émaillée, vers 1525-1530, du Maître de l’Énéide
Cette œuvre émaillée du Maître de l’Énéide livre unLire la suite
Le Maître de l’Énéide : plongée dans les ateliers d’émailleurs limougeauds de la Renaissance
Cette plaque en émail peint polychrome, provenantLire la suite
320 Résultats