La Gazette Drouot
Coup de coeur - Corne d'abondance
Retour au sommaire
Fantastique !
Essayez, perdu dans une forêt, de demander à boire… Peu de chances que l’on vous offre
une telle coupe ! C’est pourtant ce qui est arrivé à un certain Otto d’Oldenbur...

Adjugé 30 000 € hors frais.
F. Dahl, Copenhague, travail danois de la fin du XIXe siècle.
Corne d’abondance en vermeil et émail polychrome, 37,5 x 22 x 15 cm.
Jeudi 28 mai 2009, salle 9 - Drouot Richelieu.
Kahn-Dumousset SVV. M. Kalfon.

Fabuleux scorpion ou incroyable vaisseau échappé de l’imaginaire d’un Jean-Claude Mézières ? Ni l’un ni l’autre, même si l’histoire de l’objet que copie notre corne est tout aussi fantastique. Le comte Otto Ier d’Oldenburg l’aurait en effet reçue, en 989, des mains d’une mystérieuse beauté surgie des entrailles de la Terre. Notre valeureux chasseur, chevauchant comme il se doit un blanc destrier, s’était égaré lors d’une traque au cerf, dans la forêt de Bernefeuer. «Plaise à Dieu que l’on m’offre un trait d’eau fraîche !», aurait proclamé le noble assoiffé. Provoquant du même coup l’apparition d’une jeune femme divinement vêtue et portant une richissime coupe. Les mythes ont une nature complexe, aussi n’imaginez pas que notre brave Otto s’est tout simplement désaltéré.
Il refusa au contraire le liquide contenu dans la corne, préférant le verser sur la croupe de son cheval, qui aussitôt à cet endroit perdit ses poils. On ne sait rien des intentions exactes de la jeune femme, mais celle-ci avait auparavant prévenu le comte que son refus de boire entraînerait la discorde pour les futures générations. Nonobstant la demande de la dame de lui rendre sa coupe, Otto prit la fuite en emportant le précieux réceptacle, qui deviendra une véritable relique familiale pieusement conservée.
Hélas, les plus beaux mythes se fracassent souvent à l’épreuve de la réalité historique : le plus lointain ancêtre connu de la maison d’Oldenburg ne se nomme pas Otto, mais Egilmar Ier, comte d’Aldenbuch, décédé en 1108, soit plus de cent ans après la fuite héroïque du supposé aïeul. Le petit-fils d’Egilmar, Heinrich, sera le premier à porter le titre de comte d’Oldenburg, et jamais aucune fée ne lui offrit de coupe.
Sa descendance - qui compte les premiers Holstein - s’étant éteinte en ligne masculine vers 1388, c’est par son frère que le nom va se perpétuer.
Un descendant de ce dernier, Dietrich d’Oldenburg, épouse en 1423 une lointaine cousine, Hedwige de Schlesswig-Holstein. Leur fils Christian (1426-1481) devient roi du Danemark en 1448. Grâce à ses épousailles avec Dorothea de Brandebourg, la veuve du précédent souverain, sa dynastie règnera sur le Danemark jusqu’en 1863. En 1454, il avait pris soin de laisser la ville d’Oldenburg – fief de la famille – à l’un de ses frères. En 1667, la cité retombe sous l’autorité de la couronne danoise, le comte Antoine Günther n’ayant laissé aucun héritier.
Cette année-là, la maison royale du Danemark hérite de la corne d’Olden-burg, dont la présence est attestée dans le trésor des comtes depuis 1592. Le site Internet du château de Rosenborg, qui de nos jours la conserve, nous apprend qu’elle a été réalisée en vermeil et émail vers 1400. Une autre source indique une fabrication vers 1475, à Cologne.
Un article de la Revue archéologique publié en 1878 risquait une autre hypothèse, n’hésitant pas à donner la paternité de cette oeuvre à un certain Daniel Aretoeus, "habile artiste" installé en Westphalie. Elle lui aurait été commandée par Christian Ier lui-même, pour être offerte en ex-voto aux Rois mages, à Cologne, s’il réussissait sa médiation – avortée – entre le duc de Bourgogne, Charles le téméraire et l’empereur Frédéric III. L’iconographie déployée sur l’objet comporte en effet les figures des trois rois bibliques et les écussons du Danemark, de Bourgogne et de l’Empire allemand. La moderne interprétation de notre corne ouvre quant à elle la porte à d’autres spéculations, puisqu’elle arbore de plus les armes de la France et de l’Angleterre...
On vous l’avait dit, cet objet est magique !
Sylvain Alliod
http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp