La Gazette Drouot
Plaque anglaise en émail champlevé
Quand Pierre et André sont
dans un bateau…

Conservée dans une collection depuis plusieurs générations, une plaque anglaise en émail champlevé illustre la vie des deux saints. Attention, qualité musée !

Contrairement au tableau du Caravage conservé aujourd’hui au sein de la Royal Collection du château d’Hampton Court, à Londres, La Vocation de Pierre et André est ici représentée au moment où les deux frères se trouvent encore dans leur barque de pêcheurs, sur le lac Tibériade en Galilée. Bienveillant, Jésus se tient debout, à gauche, et lève vers eux deux doigts en signe de bénédiction. Une sorte de phylactère en langue latine (du “latin de messe”, si l’on considère l’ordre de mots) indique qu’il s’adresse à eux pour leur dire : “Venite p’me”. Il s’agit du début de la célèbre phrase “Venite post me et faciam vos fieri piscatores hominum”, c’est-à-dire “Venez à ma suite et je vous ferai devenir des pêcheurs d’hommes”. Au centre, Pierre, reconnaissable à sa calvitie, semble déjà prêt à rejoindre la voie du Christ : il enjambe la barque tout en en tenant la proue d’une main, tandis que l’autre relève un pan de sa robe pour ne pas la mouiller. Selon saint Luc, il aurait pourtant déclaré au préalable : “ Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un pécheur”. Il n’en est pas de même pour André, à droite, qui semble encore hésiter ; bien que son regard se porte vers le visage de Jésus, il lui tourne le dos. De plus, il s’accroche à deux mains à la corde du filet de pêche, symbole peut-être d’un attachement aux choses matérielles – qui toutefois ne durera pas. Dans les flots tourmentés, on voit nager une demi-douzaine de poissons, qui deviendront justement le signe de reconnaissance secret des premiers chrétiens martyrs sous l’Empire romain. De leur côté, Pierre et André n’en ont attrapé aucun de toute la nuit...Épisode bien connu des Évangiles selon saint Marc et saint Matthieu, la vocation de Pierre et André a aussi été peinte par des artistes tels Michel Corneille le Jeune, Domenico Ghirlandaio ou Federico Baroccio. La scène est ici figurée sur une plaque restée jusqu’à aujourd’hui inédite, qui vient s’ajouter à sept autres cuivres émaillés conservés dans des musées français et étrangers. Deux appartiennent au musée des Beaux-Arts de Dijon, les autres se répartissant entre celui de Lyon, le Metropolitan Museum de New York, le Germanische Museum de Nuremberg et deux au Victoria and Albert Museum de Londres... Il est possible d’affirmer que ces productions anglaises consituaient au XIIe siècle le parement d’un même objet, qu’il s’agisse d’une châsse à caissons ou d’un grand retable, car elles possèdent les mêmes dimensions et leurs contours sont ciselés d’une caractéristique mouluration crantée de billettes fendues. La plaque ici présentée surprend tout d’abord par son état de conservation remarquable, près de neuf siècles après sa réalisation. Par ailleurs, l’utilisation heureuse d’une large variété de couleurs claires et foncées (bleu, vert, mauve, blanc et jaune) vient servir un propos fondateur de la chrétienté : l’appel au prosélytisme, vecteur essentiel de l’universalité de cette religion. Pour inciter les hommes à devenir prêcheurs plutôt que pêcheurs...
email

Angleterre, vers 1170-1180.
Plaque rectangulaire en cuivre champlevé, émaillé, gravé et doré représentant La Vocation de Pierre et André,
8,6 x 12,4 cm.

QUAND ?

Lundi 27 mai 2013.

OÙ ?
Lyon. De Baecque SVV. Mme Fligny.
M. Delas.


COMBIEN ?
Adjugé 680 000 € hors frais

La Gazette Drouot n° 20 -24 mai 2013 - Alexandre T. Analis


http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp