La Gazette Drouot
4 panneaux Bruxellois
De fil en aiguille

Vous comptiez faire tapisserie ? Impossible avec cet ensemble de quatre panneaux bruxellois, inspirés de l’histoire d’Isaac et Rebecca. Explications.

On ne choisit pas de devenir Chausiais, c’est Chausey qui sélectionne ceux qui resteront un jour, une semaine ou un siècle”, dit la formule. Nos tapisseries, ayant appartenu à un grand constructeur automobile français et aujourd’hui cédées par sa petite-fille, ont quant à elles respiré l’air du large pendant plusieurs décennies. Tombé amoureux de l’archipel normand au début des années 1920, notre industriel achète un château sur la côte ouest, près de la plage de Port-Homard ; il transforme les ruines en une moderne et confortable demeure, tout en conservant les parties anciennes en parfaite harmonie avec le sévère paysage. Heureuse coïncidence, nos tentures sont de la même époque que la bâtisse : le milieu du XVIe siècle. Plusieurs grandes firmes, installées pour la plupart à Bruxelles, se partagent alors une production tapissière destinée aux têtes couronnées – à commencer par la maison de Habsbourg –, aux papes et aux amateurs les plus fortunés. Les tapisseries de Bruxelles se voient très vite appréciées partout, nombreux sont les voyageurs étrangers, surtout italiens, se faisant l’écho de la renommée de ces produits, et de l’importance économique qu’ils représentent. Un ambassadeur vénitien note que les Pays-Bas excellent (au moins) dans trois domaines : le drap fin en Hollande, les tapisseries figuratives dans le Brabant et... la musique, qui semble atteindre un degré absolu de perfection. Un Florentin, agent des Médicis, tente même en 1545 de débaucher des lissiers bruxellois. Précisons qu’en ce milieu du XVIe siècle, 15 000 personnes travaillent à la fabrication de tapisseries, c’est-à-dire un quart de la population de la capitale brabançonne !
Si Bruxelles est le lieu de production, c’est toutefois à Anvers que s’organisent le commerce et l’exportation. Là, de grandes banques internationales sont établies depuis plus d’un demi-siècle, de nouvelles halles sont construites sur un ancien champ de tir, inaugurées en juillet 1554 et réservées aux ventes publiques. Des boutiques sont louées aux marchands de textiles. Hélas, lors de la Furie du 4 novembre 1576, la ville est mise à feu et à sang par la soldatesque espagnole...

pendule
Adjugé 123 920 euros frais compris.
Bruxelles, vers 1550-1560. Série de quatre tapisseries en laine et soie à décors Isaac et Rebecca
tirés de l’Ancien Testament, dim. de 261 x 191 à 272 x 378 cm (page de gauche, détail).
Mercredi 7 décembre 2011, salle 1-7 - Drouot-Richelieu. Fraysse et Associés SVV. M. Fabre.

Mais revenons à nos compositions, qui par la monumentalité des personnages illustrent l’influence de l’Italie, tout en étant redevables à l’art flamand de la luxuriance des paysages, la grande diversité des motifs ornementaux de leurs bordures et d’un sens aigu du détail pittoresque. Principaux sujets de ces précieux murs de laine ? Des scènes de chasse, des grandes batailles, des jardins et, surtout, des épisodes mythologiques ou religieux. Notre tenture met en scène l’histoire de Rebecca. Abraham, devenu très vieux, demande à son serviteur Harân d’aller lui chercher une femme pour son fils Isaac : “Cherche-la dans mon pays d’origine et non pas dans le pays de Canaan où je vis. Dieu t’aidera à la trouver”. Accompagné de dix chameaux et de nombreux cadeaux, le régisseur se met en marche pour le pays d’Abraham. Arrivé près d’une source, il invoque Yahvé afin que lui soit désignée celle qu’il est venu chercher. Or, une belle jeune fille lui offre sa cruche et donne de l’eau à ses animaux. C’est Rebecca. Il se présente alors à elle et à sa famille, donne ses présents. Reconnaissant que c’est Dieu qui a choisi leur fille, la famille de Rebecca la laisse partir, cette dernière acceptant de suivre le serviteur d’Abraham en Canaan. Isaac, venu au devant d’eux, la conduisit dans sa tente, où il l’aima, et l’épousa. Tout est bien qui finit bien. Un heureux présage pour nos tapisseries...

La Gazette Drouot N°42 - 2 décembre 2011 - Claire Papon


http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp