La Gazette Drouot
Coup de coeur - Un globe montgolfière en papier
Retour au sommaire
C’est gonflé !
La géographie ? Un apprentissage léger, grâce à ce globe terrestre aussi décoratif qu’instructif. Un objet magique né de l’imagination fertile d’un sujet britannique...

Adjugé 5 000 € sans frais.
George et Ébenezer Pocock,
globe montgolfière en papier, fuseaux
lithographiés à la main, Bristol, vers 1830, diam. 120 cm env.
Lundi 6 avril 2009, salle 14 - Drouot-Richelieu.
Ader SVV, Deburaux & Associés Françoise SVV. M. Petitcollot.

Vous pensiez, hélas, être au bout de vos découvertes ? Sans doute ignoriez-vous l’invention de George et Ébenezer Pocock, au début du XIXe siècle : un globe terrestre permettant de visualiser la planète, mais aussi de calculer toutes les distances imaginables, longitudes et latitudes en différents points du globe, fuseaux horaires, éclipses et autres levers et couchers du soleil... De quoi titiller l’esprit, non ? En hommes pragmatiques, Pocock père et fils ont aussi mis au point leur ballon en trois tailles : 60, 90 et 120 cm de diamètre. Disponible en papier, comme la nôtre, la sphère existe également, comble du raffinement, en soie. Une option plus coûteuse, bien sûr...
Non dépourvu d’effet décoratif, le globe peut se placer, comme l’indique le mode d’emploi, dans un salon, un bureau ou une bibliothèque. Des instructions et des conseils, l’heureux acquéreur n’en manquait pas au fil du livret de huit pages. Pour gonfler l’objet, nul besoin de pompe, mais plutôt de quelques vigoureux mouvements de poignet. Il suffisait donc de l’agiter, puis de le laisser tomber plusieurs fois sur une table ou sur le sol, afin que l’air pénètre, par le pôle Nord, bien sûr ! Le globe était vendu dans une boîte en carton avec ses instructions, mais aussi un mètre ruban pour effectuer les divers calculs. Un exemplaire complet est aujourd’hui visible au musée de la Marine de Greenwich, à Londres. Les autres, semble-t-il, se comptent sur les doigts d’une main. Le bel état de conservation du nôtre permet de revivre les voyages des Britanniques James Cook (1728-1779) et Mathew Flinders (1774-1814). Il n’est pas inutile, avec le premier, de se rafraîchir la mémoire, tant il a sillonné les océans.
De 1768 à 1779, il effectue trois expéditions dans l’océan Pacifique. Cook fut le premier Européen à débarquer sur la côte est de l’Australie, en Nouvelle-Calédonie, aux îles Sandwich et à Hawaï, mais également à faire le tour et à cartographier Terre-Neuve et la Nouvelle-Zélande. Matthew Flinders n’a pas grand-chose à lui envier : durant sa carrière, qui dura guère plus de vingt ans, il fit le tour complet de l’Australie, traçant la plupart des cartes côtières, survécut à un naufrage et à sept années de prison. On lui doit un livre majeur sur la découverte de ce continent, A voyage to Terra Australis. Flinders meurt le 19 juillet 1814, le len­demain de la publication de son ouvrage. Il avait quarante ans. À cette époque, George Pocock (1774-1843) avait encore de beaux jours devant lui.
Propriétaire, à Bristol, d’un pensionnat pour jeunes gentlemen, il met son imagination et son intelligence au service de diverses inventions. Outre ce globe gonflable, on lui doit en effet un véhicule léger tracté par deux cerfs-volants, guidés par le pilote au moyen de quatre fils. Nous sommes en 1822. À bord de son engin – une sorte de petite calèche –, Pocock aurait atteint la vitesse de 32 km/h. Une autre fois, il doubla la diligence reliant Bristol à Marlborough. L’histoire rapporte encore qu’il dépassa même l’attelage du duc de Gloucester ; mais, étiquette oblige, il se résolut à pondérer la course de son véhicule afin que le noble équipage puisse passer. Appréciant personnellement son «char volant», qui lui permet de ne pas payer de taxes sur les routes à péage, George Pocock dépose un brevet en 1826. L’histoire ne précise pas si l’incongru véhicule fut l’objet de commandes. Mais il fallait y penser, tout comme à une machine à distribuer les fessées... qu’il imagina quelques années plus tard. Sacrés Britanniques, ils nous surprendront toujours !
Claire Papon
http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp