mercredi 04 décembre 2019 - 13:30 - Live
Salle 5 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - ...
Auction Art Rémy Le Fur & Associés
Comptez 10 000/15 000 € pour repartir avec un panneau de l'atelier de l'Anversois Colijn de Cotter (1455-vers 1540) figurant l'Ascension du Christ , provenant probablement d'un retable brabançon peint dans les années 1515, entre 500 et 5 000 € pour un ensemble de vues de château de Thomas Compigné. On poursuit avec des porcelaines de la famille verte de l'époque Kanghi, un étonnant miroir de forme mouvementée en bronze doré, orné de nacre, corail, lapis-lazuli, malachite et verre peint à l'imitation du marbre. Cet exemple de la grande maîtrise des artisans du royaume des Deux-Siciles, début XVIII e , est annoncé à 25 000/35 000 €. En revanche, il faudra lever la main jusqu'à 30 000/50 000 € si l'on se déplace pour une paire de tables en placage d'ébène et d'étain, à pieds fuselés, dessus de porphyre, d'époque Louis XVI, estampillée Adam Weisweiler. Avec son riche décor de feuillage et fleurettes, il sera difficile de manquer un lustre à douze branches, en tôle laquée vert et porcelaine d'époque XIX e (4 000/6 000 €). Enfin, si les faïences de Rouen sont classiques, beaucoup plus rares sont les porcelaines. Deux pots-pourris fin XVII e , décorés en camaïeu bleu de lambrequins et ferronneries, sont espérés à 40 000/60 000 € et 10 000/15 000 €, tandis qu'une bannette, vers 1725, en faïence cette fois, à décor niellé de chérubins et amours, nécessitera 25 000/30 000 € et un ensemble d'azulejos portugais du XVIII e , de 2 000 à 4 000 €. Articles après-vente
Rouen en ocre niellé
La collection Jacques Petit, illustrant les recherches que les manufactures de Rouen menaient avec assiduité…Lire la suite
Prouesse technique et esthétique parfaite
Dans ses réserves de bronze doré, ce miroir italienLire la suite
Articles avant-vente
Sous le sceau du secret de Louis Poterat
Elle est l’une des treize porcelaines de Rouen répertoriées.Lire la suite
317 Résultats
Résultat : Non Communiqué