Un buste de Canova inédit

Le 18 avril 2019, par Agathe Albi-Gervy
Antonio Canova (1757-1822), Lucrèce d’Este, 1821-1822, buste en marbre, 42 25 14 cm.
Estimation : 1,5/2,5 M€

Un buste d’Antonio Canova inédit constitue déjà, en soi, un événement pour le marché de l’art international. Le fait que le sujet représente une personnalité aussi importante que Lucrèce d’Este (1535-1598) renforce son caractère exceptionnel. Fille du duc de Ferrare, Hercule II d’Este, et de la princesse Renée de France, celle que l’on célébrait pour sa beauté et qui fut l’épouse de François Marie II della Rovere, duc d’Urbino. La redécouverte de son buste a reçu l’appui du directeur du musée Canova de Possagno, Mario Guderzo, lequel a livré, à l’occasion de sa mise en vente à Monte-Carlo, une notice complète. Canova, maître de la sculpture néoclassique, s’inspire ici des portraits féminins de l’époque napoléonienne. Le sculpteur a fait de Lucrèce d’Este un modèle générique, à l’image des nombreuses Têtes idéales qui ont jalonné sa carrière. Le commanditaire de ce portrait de Lucrèce est connu : il s’agit du baron Alexander Baring (1774-1848), issu d’une dynastie de banquiers britanniques. En 1807, il prend la direction de l’entreprise familiale, Baring Brothers & Co., laquelle a toujours entretenu des liens étroits avec la vie politique du pays  il fut lui-même chancelier et conseiller ministériel. Son intérêt pour les arts de son époque l’a amené à devenir membre du comité d’administration du British Museum et de la National Gallery. Il reçut même en cadeau du ministre français Talleyrand un buste de Napoléon par Antonio Canova. En 1821, il aménage sa demeure de Piccadilly pour la rendre digne d’un musée. Bientôt à l’étroit, la collection est transportée dans une autre de ses possessions dans le Hampshire, The Grange, acquise après que l’architecte William Wilkins l’a transformée en un véritable temple grec. Alexander Baring a ensuite offert ce buste à l’aïeul de l’actuel propriétaire. Exposé une seule fois en 1928 au Riverside Drive Museum de New York, on le connaissait jusqu’à ce jour uniquement à travers une gravure le représentant de profil. De Canova, Alexander possédait également un saint Jean-Baptiste enfant, un buste de Béatrice d’Este et un buste allégorique de la Paix.

samedi 27 avril 2019
Hôtel des Ventes de Monte-Carlo - 10/12, quai Antoine 1er - 98000
Hôtel des ventes de Monte-Carlo
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne