Henri Rapin et Charles Hairon vers 1925

Le 04 mars 2021, par Claire Papon

Beau morceau de sculpture que ce mobilier de salon exécuté vers 1925 par Henri Rapin et Charles Hairon pour l’hôtel particulier parisien du docteur Jean d’Herbécourt et conservé dans la famille de ce dernier.

Henri Rapin (1873-1939) et Charles Hairon (1880-1960), fauteuils faisant partie d’un salon en comprenant deux et un canapé en merisier mouluré, nervuré et sculpté de corbeilles fleuries et oiseaux, vers 1925, 102 63 55 cm.
Estimation : 6 000/8 000 € (l’ensemble)

Si l’on peut s’étonner de la modestie de son estimation, on appréciera l’état de conservation de cet ensemble de meubles, dont les sculptures constituent des signatures. Deux décors légèrement différents s’y côtoient : des motifs floraux stylisés pour le canapé, que complètent des oiseaux pour les fauteuils. Aux silhouettes tout en courbes de l’art nouveau Henri Rapin préfère les lignes droites chères à l’art déco. Mais ici pas de polychromie, pas de dorure, pas de marqueteries, pas de bois foncé ni d’incrustations de matériaux précieux. Presque théâtral ce mobilier, dont les sièges font penser à des trônes, est très probablement une œuvre unique. Il fait suite à l’ensemble commandé en 1908-1909 par le docteur Jean d’Herbécourt (1871-1934) – praticien à l’hôpital de la Charité, rue des Saints-Pères – à Henri Bellery-Desfontaines (1867-1909). Celui-ci se composait d’une cheminée, d’un vaisselier, d’une desserte, d’une table accompagnée de douze chaises et d’un lustre, dans lequel était inclus quatre grands tableaux d’Henri Martin, des boiseries et une porte avec vitrail d’Henri Rapin (cette salle à manger est reconstituée au musée départemental de l’Oise à Beauvais). C’est donc tout naturellement qu’au décès de Bellery-Desfontaines, Rapin poursuit l’aménagement de l’hôtel parisien. Peintre, illustrateur et décorateur, conseiller artistique à Sèvres, il signe le salon de réception et une salle à manger pour l’Ambassade française lors de l’Exposition des arts décoratifs de 1925.

Agenda
Chef-d'œuvre de sculpture avant tout, c'est autour de 6 000/8 000 € qu'est annoncé un mobilier de salon (canapé et deux fauteuils) des années 1925 d'Henri Rapin et Charles Hairon, réalisé pour un hôtel particulier parisien. Un vase en faïence tourné de Pablo Picasso et Madoura, Chouette femme (1951), édité à 500 exemplaires, pourrait trouver preneur à 8 000/10 000 € quand il faudra prévoir 2 000/3 000 € d'une chaise tripode en bronze à patine dorée de Mark Brazier-Jones, Arrowback Chair (vers 1990), et surtout 20 000/30 000 € d'une lampe Pigeon de François-Xavier Lalanne en bronze et verre opalin (modèle créé en 1991, 139/900, cachet de l'éditeur Artcurial).
vendredi 12 mars 2021 - 02:00 - Live
Salle 6 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Coutau-Bégarie
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne