Gazette Drouot logo print

Ye Xing-Qian, à la pointe du pinceau

Publié le , par Anne Foster

À Montreuil, l’atelier du peintre et sculpteur franco-chinois invite à un voyage dans le temps et l’espace. Où l’émotion naît d’un maniement subtil de la couleur et de l’encre de Chine.

Ye Xing-Qian. Ye Xing-Qian, à la pointe du pinceau
Ye Xing-Qian.
DR
En arrivant à l’atelier niché dans une ruelle du quartier de La Croix-de-Chavau, dans un Montreuil en pleine mutation, on pourrait presque se croire à Pékin, plus précisément dans un hutong , si caractéristique de la ville. Une longue allée bordée de pots plantés d’arbustes mène à un couloir. Ye Xing-Qian vous reçoit avec une vivacité souriante dans un vaste espace lumineux, d’une blancheur immaculée. L’œil du visiteur s’attarde sur les grandes compositions rythmant les murs de l’atelier, passe aux tables surchargées d’œuvres et de dessins, aux peintures en cours d’élaboration sur le sol, mais aussi sur le haut mur. Une sensation de plénitude et de sérénité imprègne le lieu, propre à l’artiste. Avec naturel, il vous accueille dans son monde, reflet de ses émotions nées au contact de la nature. Les branches d’un arbre, sous l’effet du vent, se transforment en filaments, comme retenus dans une grille. Des lignes droites s’épaississent et prennent la forme d’une forêt de cannes de bambou… L’an dernier, cette aquarelle à l’encre de Chine, avec quatre autres de la série «Transformation», a intégré la collection du musée Guimet,…
Cet article est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous