Une icône de la sculpture hemba

Le 24 octobre 2019, par Sophie Reyssat

Pleine de noblesse, aussi puissante que sereine, cette statuette à la forte personnalité raconte l’histoire de ses ancêtres africains.

République démocratique du Congo, figure d’ancêtre hemba, Niembo de la Luika, patine brun-noir, brillante et profonde, 61 19 cm.
Estimation : 550 000/850 000 

La civilisation hemba est originaire d’Afrique centrale, au sud-est de l’actuelle République démocratique du Congo. Son implantation dans la vallée fertile de la rivière Luika a favorisé le développement de sa société structurée, au sein de laquelle s’est épanoui un art étroitement lié au prestige des grandes familles, dont les plus anciennes peuvent remonter jusqu’à quinze générations. En témoigne cette statue d’ancêtre, dont l’aura est traduite par une esthétique parfaitement reconnaissable. La douceur du modelé du visage à l’expression intériorisée contraste avec les volumes sobrement dégagés du corps, aux épaules carrées et dont les articulations de la taille, des bras et du bassin sont puissamment marquées. Une grande impression de stabilité se dégage ainsi de cette physionomie parfaitement équilibrée, alors que l’harmonie des traits est signe de sensibilité. Cet ancêtre apparaît donc comme une force tranquille et intangible. Un être également doté de sagesse, comme le démontre son front haut. L’attitude elle-même est significative. Posées à plat de part et d’autre du ventre bombé symbole de vie, d’une ampleur disproportionnée entre les hanches basses et la taille haut placée, les mains mettent en exergue cette matrice qui unit l’ancêtre à son clan, sur lequel il veille maternellement. Fermant à moitié les paupières, il garde d’ailleurs les yeux sur le passé, comme sur l’avenir. Grâce à lui, les Hembas peuvent dormir en paix. Bien qu’aujourd’hui anonyme, cet ancêtre a dû jouer un rôle de premier plan de son vivant pour que sa mémoire soit ainsi célébrée par ses descendants. Sa coiffure évoque d’ailleurs son rôle primordial de guide nourricier : réunies en un motif cruciforme caractéristique, ses tresses ménagent un espace permettant de conserver et de transporter le trésor du clan, les graines destinées à être plantées sur de nouvelles terres lors des migrations saisonnières. Garant de la survie de son groupe, il mérite d’être honoré comme il se doit à travers son effigie, conservée dans un édicule funéraire ou au sein même de la demeure d’un chef de lignage. L’occasion pour ce dernier de s’appuyer sur cette preuve tangible de sa noble ascendance, afin de légitimer le rang de sa famille et son implantation territoriale. La scarification verticale en épi de l’abdomen et le type de la coiffure, dont le principe est décliné avec de nombreuses variantes selon les chefferies hembas, permettent d’attribuer cette effigie au groupe niembo, qui a traversé les siècles avec elle.

jeudi 14 novembre 2019 - 15:30 - Live
Salle 9 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Binoche et Giquello
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne