Monnaies de l’Islam à Abou Dhabi

Le 19 mars 2020, par Zaha Redman

La mosquée Cheikh Zayed d’Abou Dhabi propose une histoire de la numismatique arabe et musulmane, étayée par des pièces rares, issues d’une importante collection privée. Retour sur une exposition.

Décadrachme, règne d’Alexandre le Grand (356-323 av. J.-C., Babylone, vers 330 av. J.-C. ancien fonds Prospero).
© numismatica genevensis

Inaugurée le 28 janvier au centre culturel de la mosquée Cheikh Zayed à Abou Dhabi, l’exposition «Coins of Islam» présente trois cents pièces anciennes provenant d’une collection privée européenne. La présence à l’inauguration de Cheikh Mansour bin Zayed Al-Nahyan, premier ministre des Émirats arabes unis, ainsi que de plusieurs autres ministres, et la couverture médiatique très large témoignent de l’importance accordée à l’événement. Outre qu’elle veut amorcer une programmation culturelle de qualité dans un espace qui compte près de six millions de visiteurs annuels, «Coins of Islam» est ostensiblement affichée comme une exposition sur la tolérance. L’accent est mis ici sur les échanges entre le Moyen-Orient, l’Asie, l’Europe et l’Afrique du Nord, avec des brassages, des dialogues et des emprunts culturels. Un soin particulier est apporté à la mise en valeur de toutes ces aires géographiques, tandis qu’une section est consacrée aux monnaies attachées aux femmes. Ces messages ne sauraient être réduits à de purs signaux diplomatiques adressés au public étranger : ils s’inscrivent dans les orientations des Émirats arabes unis depuis leur création en 1971, nonobstant les brouillages et les reculs récents. L’exposition permet aussi d’appréhender l’histoire moyenne-orientale dans sa complexité, par le biais de la numismatique. «Coins of Islam» se veut un aperçu historique de la numismatique arabe et musulmane, dont témoignent des pièces rares et emblématiques. Une exposition d’envergure qui décrit tout un pan de l’histoire numismatique mondiale. Avec les conquêtes territoriales initiées au VIIe siècle, les Arabes découvrent l’usage extensif de la monnaie en s’adaptant à cette pratique. Les premières pièces musulmanes voient le jour trois décennies après la mort du prophète (632), dans une région où circulent encore les monnaies byzantines à l’Ouest, et sassanides à l’Est. C’est une période en quelque sorte plurilingue : les monnaies de différentes origines s’imitent et se copient, avec des intégrations réciproques de codes et d’images empruntés au christianisme, à la religion perse et à l’islam ; plusieurs exemplaires précieux de ces croisements sont montrés ici. Un virage important est amorcé autour des années 690 : Abd el-Malik ibn Marwan (685-705), cinquième calife omeyyade, impose l’usage de l’arabe dans l’administration et introduit une datation systématique des pièces en argent, l’indication de l’atelier de fabrication, l’inscription de versets du Coran et l’exclusion progressive des figures humaines. Ces inscriptions sont en outre les plus anciens témoignages écrits, tirés du Coran.
Fastes d’un passé
L’exposition couvre une aire géographique qui va de l’Espagne à l’Afghanistan, de l’Asie centrale au Maghreb. Dans une optique résolument historique, elle propose un premier volet avec des exemplaires préislamiques, romains, hellénistiques, sassanides et byzantins, grecs ou perses. Les sections suivantes sont consacrées à la numismatique abbasside (VIIIe-XIIIe siècle) et fatimide (VIIe-XIIe siècle), avec des pièces rares du VIIIe siècle, originaires du Ghor (Afghanistan), des monnaies issues des ateliers de Bagdad, une pièce fatimide remontant au califat d’Abdallah al-Mahdi (909-934), ou encore des monnaies carolingiennes inspirées des pièces musulmanes. «Coins of Islam» présente aussi les premières monnaies frappées à La Mecque, des pièces timurides et mongoles, des monnaies issues des ateliers chinois (avec un rare dinar en or chinois du XIIIe siècle) ou indiens, un ensemble de monnaies ottomanes, des dinars en or frappés en Espagne, des pièces égyptiennes, syriennes, libanaises, algériennes, tunisiennes. La section dédiée aux femmes inclut des exemplaires ptolémaïques avec la figure de l’impératrice Bérénice (IIIe siècle av. J.-C.), une pièce romaine à l’effigie de Faustine (IIe siècle), un solidus romain avec la figure de Pulchérie (Ve siècle), des pièces attachées à Zubaydah Bint Jafar, épouse d’Harun al-Rashid, à plusieurs impératrices mongoles, à Isabelle la Catholique, Anne de Bretagne ou Catherine de Russie. L’exposition se termine enfin par un hommage à Cheikh Zayed, fondateur des Émirats arabes unis.
Une collection exceptionnelle
Ces monnaies présentées à Abou Dhabi font partie d’une importante collection privée européenne, constituée au cours des dix dernières années avec le concours d’Alain Baron, expert numismate, fondateur de Numismatica Genevensis. Par sa couverture de toutes les aires géographiques et de toutes les périodes historiques, ce fonds est unique. Et par la rareté et la qualité des pièces – mais non par leur nombre –, acquises sur le marché ou négociées avec des collections privées, il rivalise, aux dires d’Alain Baron, avec les plus grandes collections internationales, comme celles de la BnF, du British Museum, du musée islamique du Qatar ou du fonds de l’université de Tubingue. Parmi ses fleurons, on trouve un décadrachme hellénistique à l’effigie d’Hercule, produit dans un atelier de Babylone sous le règne d’Alexandre le Grand et provenant du fonds Prospero (la BnF possède un autre exemplaire), ou encore un décadrachme du Ve siècle av. J.-C. produit dans un atelier de Syracuse en Sicile, signé Kimon, avec un quadrige surmonté d’une Niké. Un autre ensemble majeur, visible à Abou Dhabi, est la collection complète, en deux exemplaires, des 56 dinars or omeyyades produits à partir du califat d’Abd el-Malik, tous datés (entre 696/697 et 750) et marqués du sceau des ateliers de Damas. L’exposition d’Abou Dhabi est la première de ce fonds exceptionnel : gageons qu’elle ne sera pas la dernière.

à voir
« Coins of Islam : History Revealed »,
Centre culturel de la mosquée Cheikh Zayed, Abou Dhabi.
Jusqu’au 28 avril 2020.
www.szgmc.gov.ae/en/coins-of-islam-exhibition