Gazette Drouot logo print

Le triomphe du Bien-Aimé en médaille

Publié le , par Christophe Provot
Vente le 30 juin 2022 - 14:00 (CEST) - Salle 11 - Hôtel Drouot - 75009

Émise par la chambre de commerce de Rouen en 1752, cette médaille en or au profil de Louis XV déchaînait les passions et s’envolait loin de son estimation haute.

Chambre de commerce de Rouen, 1752. Médaille en or, diam. 4,1 cm, poids 76,52 g.... Le triomphe du Bien-Aimé en médaille
Chambre de commerce de Rouen, 1752. Médaille en or, diam. 4,1 cm, poids 76,52 g.
Adjugé : 50 000 

Deux jours d’enchères étaient nécessaires pour disperser les collections L. et R., riches de nombreuses monnaies et médailles anciennes et modernes, d’or ou d’argent, de France et d’ailleurs. Les numismates étaient au rendez-vous, la vente totalisant 1 851 614 €. En cette année où se prépare à Versailles une exposition en l’honneur de Louis XV pour célébrer le tricentenaire de son couronnement (à compter du 18 octobre), c’est une médaille à son effigie que se disputaient les collectionneurs le second jour, laquelle acceptait 50 000 €. D’un état qualifié de superbe, elle représente au revers le dieu Mercure, tenant un caducée et une corne d’abondance au-dessus de la ville et du port de Rouen. L’inscription latine sur le pourtour peut se traduire par «des échanges commerciaux solides grâce à la chambre de commerce». Les organisations de ce type apparaissent en France au XVIIe siècle, lorsque Colbert les légalise en 1664. Celle de Rouen verra le jour le 19 juin 1703 par arrêt du Conseil du roi, deux ans après leur réelle codification à l’échelle nationale. Toujours du règne de Louis XV, un écu «à la vieille tête», relevant d’une pré-série parisienne émise en 1770, changeait de mains contre 20 000 € le jeudi. Celui-ci provenait de la collection de Sacha Guitry, dispersée à Drouot en 1977. Un autre exemplaire de cette monnaie, un double louis d’or du Béarn émis à Pau en 1773 à 3 824 exemplaires, s’en allait à 30 000 €. Quelques instants plus tard, une pièce de 24 livres en or de l’éphémère Convention, millésimée 1793 et frappée à Lille, s’échangeait contre 20 625 €. Le même jour, le musée national du château de Pau préemptait la fonte ancienne d’une médaille (43,28 g) de 1588, commémorant la paix entre Henri III et le duc de Guise après la journée des Barricades, et une autre (36,10 g) de 1601 évoquant la guerre contre la Savoie, à respectivement 1 500 et 11 000 €. Au rang des monnaies antiques, on retiendra les 15 000 € d’un rare statère d’or (6,79 g) de classe V des Parisii. Quant à la médaille d’argent (93,60 g) commémorant la Mort de Guillaume II d’Orange vue en page 48 de la Gazette n° 25 (voir l'article Napoléon, Anne d’Autriche, Charles X...), elle partait à 3 500 €.

jeudi 30 juin 2022 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 11 - Hôtel Drouot - 75009
Beaussant Lefèvre & Associés
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne