Gazette Drouot logo print

G comme galuchat

Résultat 70 200 EUR
Publié le , par Marielle Brie de Lagerac

Ce terme, qui désigne à la fois le matériau et la technique, s’applique aux peaux denticulées des raies et des requins. D’abord utilisé comme abrasif, le galuchat émerveilla l’Occident lorsqu’il parvint du Japon, gainé sur les objets les plus raffinés.

Jean-Michel Frank (1895-1941), table basse en noyer et plateau carré en galuchat... G comme galuchat
Jean-Michel Frank (1895-1941), table basse en noyer et plateau carré en galuchat reposant sur quatre pieds en « L », estampillée « J. M. Frank » et « Chanaux & Cie », numérotée 8584, 40 54,6 39,5 cm. Drouot, 4 décembre 2019. Millon OVV, M. Fourtin.
Adjugé : 70 200 €
Né en Chine, l’art du galuchat se développa au Japon dès le VIII e   siècle. Par l’intermédiaire des marchands portugais, l’Europe le découvrit au XVI e   siècle, incrusté dans un mobilier laqué luxueux spécialement créé pour ses élites. Tandis que les intransigeants clients nippons sélectionnaient les peaux selon la beauté de l’arrangement naturel des denticules, la technique du same-nuri , employée sur les objets d’export, tirait profit des peaux délaissées. Dans les deux cas, la peau était assouplie dans de l’eau tiède puis séchée et poncée. Les denticules…
Ce contenu est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous