Gazette Drouot logo print

«Crésus Crozat» part pour Montpellier

Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 22 janvier 2021 - 13:00 (CET) - Salle 5-6 - Hôtel Drouot - 75009

Le musée Fabre fait une nouvelle fois mouche en emportant ce portrait d’Antoine Crozat par Alexis-Simon Belle, présenté lors de la dispersion des dernières collections du Crédit foncier de France.

Alexis-Simon Belle (1674-1734), Portrait d’Antoine Crozat, marquis du Châtel, revêtu... «Crésus Crozat» part pour Montpellier
Alexis-Simon Belle (1674-1734), Portrait d’Antoine Crozat, marquis du Châtel, revêtu de l’habit de l’ordre du Saint-Esprit, dont il fut le grand trésorier de 1715-1724, huile sur toile, 138 105 cm.
Adjugé : 30 480 

Voici une nouvelle préemption tout à fait dans l’esprit du musée Fabre. En effet, l’institution montpelliéraine est très présente sur le marché de l’art – ventes publiques, salons et galeries – pour enrichir ses collections, notamment de peintures et de sculptures se rattachant à son histoire. Les pages de la Gazette se font d’ailleurs régulièrement l’écho de ces acquisitions. En toute logique, elle ne laissait pas lui échapper ce Portrait d’Antoine Crozat, marquis du Châtel, réalisé par Alexis-Simon Belle (1674-1734). Et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’homme, né en 1655 et décédé en 1738, a fière allure, revêtu de l’habit de l’ordre du Saint-Esprit – il en fut le grand trésorier de 1715 à 1724 –, et l’exécution du tableau montre la dextérité dont Belle savait faire preuve dans les portraits officiels. Ensuite, le parcours du modèle rejoint celui de l’histoire de France, – la fin du règne de Louis XIV en l’occurrence (voir l'article Les derniers feux de la collection du Crédit foncier de France de la Gazette n° 1, page 23). Selon Pierre Ménard, qui lui a consacré une biographie en 2017, Le Français qui possédait l’Amérique. La vie extraordinaire d’Antoine Crozat, milliardaire sous Louis XIV (éditions du Cherche-Midi), sa fortune personnelle s’élevait, à la mort du Roi-Soleil, à 20 millions de livres, soit l’équivalent de plus de 300 Md€ d’aujourd’hui… Cette somme, qui laisse songeur, a été acquise en grande partie grâce au commerce triangulaire et à de multiples malversations financières, voilà qui est moins noble… Voltaire le surnommait d’ailleurs «Crésus Crozat». Enfin, le portrait du financier, acquis pour la somme de 30 480 €, va retrouver celui, admirable, de son épouse, réalisé par Jacques André Joseph Aved (1702-1766), qui est accroché de longue date au musée. Auparavant, Antoine Crozat figurait aux murs du Crédit foncier de France, accompagné d’une version donnée à l’atelier d’Aved (138 108 cm), acquise à la galerie Cailleux en même temps que sa personne pleine de superbe et cette fois s’en allant vers une nou

vendredi 22 janvier 2021 - 13:00 (CET) - Live
Salle 5-6 - Hôtel Drouot - 75009
Beaussant Lefèvre & Associés
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne