Lucien Simon enregistre un record avec ses Bigoudènes

Le 21 juillet 2021, par Philippe Dufour

O’Conor, Zingg ou Simon : tous ces peintres n’étaient pas natifs de Bretagne, mais, en amoureux de la province celtique, ils ont su lui rendre hommage par leur art…

Lucien Simon (1861-1945), Baigneuses bretonnes dans les rochers, 1913, huile sur toile signée, 144 198 cm.
Adjugé : 155 000 

Sans surprise, c’est bien la vision idyllique des Baigneuses bretonnes dans les rochers de Lucien Simon – vue en couverture de la Gazette n° 27 (voir l'article Les violons d’Ingres de Lucien Simon) – qui a dominé la session. Avec un score de 155 000 €, on peut affirmer qu’il s’agit du record mondial pour l’artiste (source : Artnet) d’origine parisienne, mais qui devait finir ses jours à Sainte-Marine, en pays bigouden. Peinte en 1913 à partir d’esquisses fixées sur place, et sans doute aussi d’après des modèles d’atelier, l’œuvre d’un traitement virtuose (144 198 cm) a été accrochée au Salon de la Société nationale des beaux-arts en 1914, et probablement acquise par la galerie Bernheim Jeune la même année. Quant au Franc-Comtois Jules-Émile Zingg, né à Montbéliard, il découvre la Bretagne dans les années 1910. Il y revient jusqu’en 1930, admirant les paysages marins et les transcrivant au sein d’un groupe d’artistes basé à Perros-Guirec (voir l'article Zadkine sous influence cubiste de la Gazette n° 27, page 73). C’est là, qu’il aurait peint La Voile rouge vers 1923, une toile (73 100 cm) connue puisque ayant été exposée dans de nombreuses manifestations, comme «Zingg et la ferveur de peindre» à Perros-Guirec en 2017. Le tableau est parti à 33 480 €, au même prix qu’une autre toile de l’artiste, montrant un Retour au port (54 81 cm). Lui succédait Élodie La Villette, qui a grandi à Lorient avant de devenir une peintre reconnue ; à ce titre, elle a appartenu à l’innovante «Union des femmes peintres et sculpteurs», fondée en 1881. Ici, sa Scène côtière animée au vapeur, Villerville, de 1878 (125 200 cm), a récolté 18 600 €. L’Irlandais Roderic O’Conor, lui, a fait le pèlerinage de Pont-Aven en 1887 et rencontré Paul Gauguin ; il était l‘auteur d’un Vase fleuri à la nappe rouge (54 45 cm), saisi pour 17 980 €. En guise d’épilogue, mentionnons les 19 344 € offerts pour une sculpture en bronze signée par Pierre Traverse, Jeune femme courant avec une gazelle (82 64 26 cm), qui porte la marque d’«Alexis Rudier fondeur Paris».
 

Jules-Émile Zingg (1882-1942), La Voile rouge, vers 1923, huile sur toile, 73 x 100 cm. Adjugé : 33 480 €
Jules-Émile Zingg (1882-1942), La Voile rouge, vers 1923, huile sur toile, 73 100 cm.
Adjugé : 33 480 
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne