Symbole dynastique

Le 08 octobre 2020, par Claire Papon

Parmi les curiosités de la collection Barbara Wirth, dédiée à la verrerie ancienne, cette maquette est la seule connue de la chapelle du chateau de Versailles.

France, début du XVIIIe siècle. Maquette en carton découpé et doré représentant la chapelle royale de Versailles, dans sa boîte en verre et bois doré d’origine, personnages et animaux en gravures découpées et colorées et en verre filé de Nevers, vitres en Mica, 29 23,5 15,8 cm.
Estimation : 15 000/20 000 

Émouvant bien sûr, cet objet possède une valeur historique importante dont on espère qu’elle suscitera l’intérêt de l’établissement public… On ignore le nom de son auteur –probablement un tabletier et des artistes fileurs de verre à Nevers – de même que celui de son commanditaire. Commande royale ? D’un prince ou d’un proche de la cour ? Quelques œuvres comparables existent exécutées pour Louis XIII ou madame de Sévigné. Notre maquette, tel un reliquaire, est à la mesure du bâtiment. Cette petite sœur de la Sainte-Chapelle à Paris –dédiée à Louis IX, saint patron du souverain –, est le dernier chantier de Louis XIV. Celui-ci, achevé en 1710, a coûté plus de 2,5 millions de livres. Cette chapelle est la cinquième de celles qui se sont succédé dans le château depuis Louis XIII. Son plan en est proposé au roi en 1699 par Jules Hardouin-Mansart, mais les travaux sont terminés après la mort en 1708 de ce dernier, par son beau-frère, Robert de Cotte. Si l’élévation générale de l’édifice, haut de plus de 40 mètres, relève de l’architecture gothique, sa puissante colonnade au premier étage fait écho à l’Antiquité, la dorure des ornements en plomb se détachant sur le noir bleuté des ardoises. Exception faite du lanternon retiré en 1765, car son poids endommageait la charpente, la chapelle n’a connu aucune modification depuis son achèvement. Depuis l’automne 2017, elle fait l’objet d’une vaste restauration qui devrait durer jusqu’au printemps 2021.

Panorama (avant-vente)

En verre et contre tout

Passionné par le verre, l’expert en numismatique Alain Weil, bien connu des visiteurs du 9, rue Drouot, a réuni une collection dont il se sépare pour partie mardi 13, salle 4 à Drouot, chez Gros & Delettrez (Mme Lhermite-King, expert). Une trentaine de pièces françaises, suisses, hollandaises et bien sûr vénitiennes, parmi lesquelles ce vase couvert en verre incolore rehaussé de filets bleus dans les anses (h. 25 cm), réalisé dans la Sérénissime au XVIIe siècle (3 000/3 500 €). Pièce de montre et non d’usage – ce n’est qu’à la fin du siècle et au début du XVIIIe que le verre deviendra utilitaire –, ce type d’objet était destiné à orner buffets et autres tables des riches Vénitiens, comme le fut l’orfèvrerie. Inutile mais indispensable…

Agenda
180 numéros composent la collection de verrerie ancienne de Barbara Wirth (voir Gazette n° 34, page 12). Véritable panorama européen, il se compose de pièces particulièrement rares des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Parmi les raretés, on a retenu une bouteille champenoise à long col portant le sceau du sacre de Louis XV (9 000/12 000 €), une maquette en carton découpé et verre filé de Nevers de la chapelle royale de Versailles (15 000/20 000 €), une allégorie de l'Immaculée Conception en bois peint, émail et corail, travail sicilien du XVIIe (30 000/40 000 €), une coupe conique en verre émaillé français fin XVIe-début XVIIe (20 000/25 000 €), des tazzas, verres à jambe et biberon vénitiens, un plat en verre bleu d'Innsbruck XVIe (8 000/10 000 €), des gourdes en verre opalin d'Orléans fin XVIIe-début XVIIIe (2 500/3 000 €), des gobichons (verres à fruit) XVIIIe, et un Bacchus chevauchant un tonneau de Bernard Perrot (8 000/9 000 €). Une autre collection prend le relais, celle de l'expert en monnaies et médailles, Alain Weil. Elle se compose d'une trentaines de pièces européennes, anciennes également, emmenées par une coupe et un grand plat creux vénitiens, l'une à décor d'écailles dorées et points d'émail blanc fin XVe-début XVIe (8 000/10 000 €), l'autre à décor de fili et retortoli blanc de la seconde moitié du XVIe (7 000/8 000 €).
mardi 13 octobre 2020 - 14:00 - Live
Salle 4 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Gros & Delettrez
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne