Panorama (avant-vente)

Panneau de Dunand

Cette Miniature persane I de 1930 est signée, d'un maîre du genre, Jean Dunand.

Rendez-vous mercredi 20 mai, 16, rue de la Banque (IIe arrondissement), sous le marteau de Fraysse & Associés, pour ce panneau de laque polychrome et or intitulé Miniature persane I  (63 x 43 cm), signé Jean Dunand (1897-1942) et estimé 15 000/25 000 €. Il a été créé en 1930, ainsi que quatre autres, dont certains furent exposés cette même année à la galerie Georges Petit, rue Godot-de-Mauroy. L’artiste d’origine suisse y retrouve ses confrères Jean Goulden, Paul Jouve et François-Louis Schmied. Dunand, qui s’est formé dès 1912 au travail de la laque au contact du maître japonais Seizo Sugawara, après l’avoir travaillée dans le seul but de prévenir ses vases de la rouille, maîtrise dès lors magistralement cette technique. Pour preuve, les portraits, les meubles, les reliures, les vases et les paravents, qu’il laisse, dont certains pour les paquebots Atlantique et Normandie. L’originalité fait écho à la préciosité, à la manière des miniatures persanes. "Voici vingt-sept ans que je travaille la laque et je commence à peine à la connaître", explique l’artiste en 1929. Des paroles dignes d’un sage…

Agenda
La plus haute marche sur le podium devrait accueillir un panneau de laque polychrome et or de Jean Dunand, Miniature persane I. Il fait partie d'une série de quatre créée en 1930, dont certains furent exposés à la galerie Georges Petit à Paris. Ce panneau est estimé 15 000/25 000 €. À ses côtés et dans un tout autre genre, on surveillera l'un des 250 exemplaires, en format grand in-folio, de Moïse et le monothéisme par Sigmund Freud (Paris, 1974), orné de dix pointes-sèches et lithographies de Salvador Dalí (5 000/6 000 €), un tapis au point noué d'après un carton de Roy Lichtenstein (3 000/5 000 €). Au chapitre des arts décoratifs des années 1925, un secrétaire (anonyme) en bois laqué brun simulant un temple bouddhiste à partie supérieure marquetée d'un visage est attendu à 2 000/3 000 €, une boîte en céramique de Paul Simon, formée d'un criquet au naturel à 600/800 € tout comme un canapé en bois laqué noir et or attribué à Paul Follot, tandis qu'une curieuse sculpture en bois sculpté (vers 1900) représentant un Chinois au naturel, debout, tenant une horloge – le cadran en faïence de Minton –, est annoncée entre 1 000 et 2 000 €.
mercredi 20 mai 2020 - 14:15 - Live
Paris - 16, rue de la Banque - 75002
Fraysse & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne