Marie-Thérèse de Ségur, comtesse de Guerne, Dubufe et Gounod

Le 17 février 2021, par Caroline Legrand

Admirée de son temps, portraiturée par les artistes, la comtesse de Guerne fut une grande cantatrice, qui se distingua notamment dans le rôle-titre de Mireille dans l’opéra de Gounod. 

Guillaume Dubufe (1853-1909) et Charles Gounod (1818-1893), Portrait de Marie-Thérèse de Ségur, comtesse de Guerne, en costume de Mireille, cueilleuse de bleuets, 1889, aquarelle signée et datée, 65,5 50 cm. 
Estimation : 6 000/8 000 

Marie-Thérèse de Ségur (1859-1933) se tient assise sur un rocher, un panier de bleuets à la main. La célèbre cantatrice est ainsi représentée dans l’un de ses plus beaux rôles, celui que lui donna l’opéra de Charles Gounod créé en 1864, et écrit à partir du poème de l’artiste provençal Frédéric Mistral. Une histoire tragique relatant l’amour impossible entre la fille d’un riche propriétaire de magnaneries (élevages du ver à soie) en Provence et un simple vannier. On retrouve d’ailleurs à côté du modèle les quelques notes et les paroles de l’air de la fameuse « chanson de Mireille ». Fille d’Anatole et de Cécile Cuvelier, Marie-Thérèse de Ségur, comtesse de Guerne, est le douzième petit-enfant de la comtesse de Ségur. Cette dernière lui dédicaça d’ailleurs son ouvrage Jean qui grogne et Jean qui rit, en 1865, avec ces mots : « Chère petite, tu as longtemps attendu ton livre, c’est qu’il y avait bien des frères, des cousins, des cousines, d’un âge plus respectable que le tien. Mais enfin voici ton tour. Jean qui rit te fera rire, je l’espère ; je ne crains pas que Jean qui grogne te fasse grogner. Ta grand-mère qui t’aime bien »… Celle qui épousera le comte de Guerne se fera remarquer par ses talents de cantatrice, notamment par Marcel Proust, qui voit en elle «une des deux ou trois plus grandes chanteuses vivantes». On comprend pourquoi le sculpteur Antonin Mercié fit d’elle un buste en marbre, célèbre, aujourd’hui conservé au musée d’Orsay, et le choix de Guillaume Dubufe. Ce dernier était aussi l’un des plus grands peintres décorateurs de son temps, auteur notamment du plafond du foyer de la Comédie-Française, de la salle des fêtes du palais de l’Élysée, d’un panneau du plafond de la salle du restaurant Le Train bleu, à la gare de Lyon… Homme de goût, Dubufe était issu d’une grande famille d’artistes… son oncle par alliance n’était autre que Charles Gounod !
 

Agenda
Guillaume Dubufe rend hommage à la célèbre cantatrice Marie-Thérèse de Ségur dans un portrait la représentant en costume de Mireille, l'un de ses plus beaux rôles dans l'opéra inspiré du poème de Frédéric Mistral et réalisé au passage par son oncle maternel par alliance, Charles Gounod. Ce dernier a d'ailleurs ajouté à ce portrait réalisé en 1889 la partition de la fameuse Chanson de Magali. Une œuvre attendue à 6 000/8 000 € qui sera entourée de lots éclectiques à l'image d'une voiture Méhari Citroën de 1972 de couleur jaune, évaluée à 12 000/15 000 € ou encore, à 7 000/12 000 €, un rare exemplaire hors commerce du Roi, je t'attends à Babylone d'André Malraux illustré par Salvador Dalí et édité par Skira en 1973. Sans oublier une bague en or blanc ornée de neuf diamants dont un central brillant d'environ 2 ct (4 500/8 000 €) ou encore une figure de Luohan de la dynastie Ming en bois polychrome  représenté assis sur un tertre, une main tenant une fleur et l'autre appuyée sur la cuisse, un cervidé à ses pieds (4 000/5 000 €).  
lundi 22 février 2021 - 02:30
Mâcon - 1, avenue Édouard-Herriot - 71000
Quai des Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne