Carpeaux ethnologue

Le 02 juillet 2020, par Caroline Legrand

Tiré du célèbre groupe deCarpeaux de la fontaine du jardin du Luxembourg sur les quatre parties du monde, ce Chinois exprime le talent d’un sculpteur marquant du XIXe siècle.

Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875), Le Chinois, sculpture en terre cuite d’édition, cachet de propriété Carpeaux et cachet «atelier &  dépôt Auteuil Paris 71 rue Boileau», numérotée 1765, h. 34 cm.
Estimation : 15 000/20 000 

Avec son regard de foudre, sa longue natte accompagnant son mouvement de tête, ce jeune homme d’un beau réalisme affiche ses origines ethniques. C’est en 1867 que le baron Haussmann, alors préfet de Paris, commande une fontaine pour le jardin de l’Observatoire à l’architecte Gabriel Davioud, directeur des travaux de la Ville. Ce dernier propose d’en confier la réalisation à Jean-Baptiste Carpeaux. Le sculpteur choisira de représenter quatre figures allégoriques des parties du monde – Europe, Amérique, Afrique et Asie – tournant autour de la sphère céleste : «Galilée m’a mis sur la voie en disant “La Terre tourne”, c’est ainsi que j’ai représenté les quatre points cardinaux tournant, suivant la rotation du globe». Tout le génie de Jean-Baptiste Carpeaux réside dans cette capacité à choisir des thèmes majeurs qui offrent aussi d’originales compositions à figer dans la pierre ou le bronze. Peintre romantique, élève de François Rude et Francisque Duret, il a révolutionné l’art de son temps avec des pièces spectaculaires, à l’image du réaliste et terrifiant Ugolin se mangeant les mains ou de sa célèbre Danse réalisée pour l’Opéra de Paris — une œuvre au remarquable dynamisme. Une fois encore, son groupe pour l’Observatoire surprend, donnant des quatre types ethniques une vision réaliste. L’exotisme est alors en vogue, et les artistes portent un nouveau regard sur les pays étrangers et leurs habitants, notamment suite à l’abolition de l’esclavage, entérinée en 1848 en France. Certains artistes s’intéressent véritablement à ces hommes et ces femmes autres, cherchant à s’éloigner des stéréotypes. Carpeaux fait ainsi appel à des modèles vivants pour réaliser les personnages africain et asiatique. Durant l’élaboration de cet ouvrage monumental, le sculpteur réalise deux œuvres indépendantes, des bustes édités rapidement et avec succès : l’Asie est représentée par ce Chinois – pour la version finale de la fontaine, il choisira un modèle féminin – et l’Afrique par un buste intitulé Pourquoi naître esclave ?. La fontaine ne sera quant à elle exécutée qu’en 1874, un an avant la mort de Carpeaux, d’une seule patine, sans tenir compte de la volonté de l’artiste de différencier les couleurs de peau.
 

Le Flamand Erasmus de Bie (1629-1675) s’est formé dans l’atelier de David Rijckaert III avant d’être admis franc-maître, en 1646, à Anvers
Le Flamand Erasmus de Bie (1629-1675) s’est formé dans l’atelier de David Rijckaert III avant d’être admis franc-maître, en 1646, à Anvers. On connaît de lui de nombreux tableaux de scènes villageoises avec de nombreux personnages et un arrière-plan dédié à l’architecture ; cette dernière est ici remarquable, avec une belle perspective sur des maisons typiquement nordiques. Il faudra envisager 12 000/15 000 € pour ce panneau de chêne, intitulé Les Marchands de chansons à Anvers (77 106 cm), peint vers 1640 par un artiste de l’école flamande, de l’entourage d’Erasmus de Bie.
Incontournable à Lille, Eugène Leroy  (1910-2000) y sera une nouvelle fois présent avec une œuvre à la frontière entre figuration et abstr
Incontournable à Lille, Eugène Leroy  (1910-2000) y sera une nouvelle fois présent avec une œuvre à la frontière entre figuration et abstraction, un Nu féminin debout peint à l’huile sur toile (100 50 cm). 12 000/15 000 € sont à prévoir pour cette œuvre réalisée en 1960 par l’artiste, dont la manière comme le format des œuvres sont en pleine évolution depuis son installation, deux ans auparavant, dans une grande maison-atelier à Wasquehal : sa peinture se fait alors de plus en plus matiériste et expressionniste.
Haute de 92 cm et large de 155, cette maquette d’architecture est des plus impressionnantes. En bois polychrome, elle a été réalisée à la
Haute de 92 cm et large de 155, cette maquette d’architecture est des plus impressionnantes. En bois polychrome, elle a été réalisée à la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe siècle. La façade, à balustrade, est rythmée de termes d’hommes et de femmes aux enfants, tandis que le fronton présente un décor de trophées guerriers. Une telle pièce pourrait être l’œuvre d’un architecte en vue d’un important projet. Elle est annoncée à 10 000/15 000 €.
Bartholomeus Assteyn (1607-1667) a peint ce Bouquet de fleurs dans un vase sur un entablement avec lézard, chenille et grenouille (54 x 44
Bartholomeus Assteyn (1607-1667) a peint ce Bouquet de fleurs dans un vase sur un entablement avec lézard, chenille et grenouille (54 44 cm) en 1655. Originaire de Dordrecht, ce peintre s’inscrit dans la tradition de l’école de Middelbourg, grande rivale d’Amsterdam, fondée par Ambrosius Bosschaert et Balthasar van der Ast. Cette dernière se caractérise par une grande attention aux motifs précieux, aux tulipes de tonalités rose et violine, mais aussi par
la présence d’animaux ou, comme ici, d’insectes 
(22 000/25 000 €).
dimanche 05 juillet 2020 - 14: 15 - Live
Lille - 14, rue des Jardins - 59000
Mercier & Cie
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne