Gazette Drouot logo print

À la bibliothèque Gulbenkian, le Portugal à livre ouvert

Publié le , par Christophe Dorny

L’héritière de l’historique centre culturel portugais des années 1960, financée par la Fondation Calouste Gulbenkian, s’est muée en une institution de recherche ouverte au monde lusophone.

© Ana Paula Jorge À la bibliothèque Gulbenkian, le Portugal à livre ouvert
© Ana Paula Jorge
Depuis quatre  ans, la maison du Portugal - André de Gouveia, du nom d’un humaniste portugais du XVI e   siècle recteur de l’université de Paris, abrite la bibliothèque  Gulbenkian. Située à l’extrémité d’un agréable parc du campus de la Cité internationale universitaire , dans le 14 e   arrondissement parisien , elle est l’une des quarante-trois  maisons présentes sur le site. Sa bibliothèque, dont le fonds est le plus riche après le Portugal et le Brésil, a pour origine la présence à Paris à partir des années  1920 de Calouste Gulbenkian   (1869-1955), homme d’affaires d’origine arménienne, dont l’ombre tutélaire plane encore . Entouré de ses collections, cet amoureux des arts et mécène réside un temps dans un hôtel particulier du 16 e   arrondissement, au 51, avenue d’Iéna, puis quitte la France en 1942 pour le Portugal. Il lègue ensuite sa fortune à la création d’une fondation culturelle à Lisbonne. André Malraux, alors ministre des Affaires en question, parvient à négocier la création d’un centre culturel dans son ancienne et vaste demeure parisienne, afin que Français et Portugais de France puissent prendre connaissance, par des expositions, de son immense collection.…
Cet article est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous