Panorama (avant-vente)

Le loup et l’enfant

Le XIXe siècle marque un tournant pour le loup. Alors que sa chasse s’intensifie, l’imagerie populaire prend le relais d’Ésope, de La Fontaine, de Perrault et des frères Grimm, pour lui donner plus que jamais la parole. À la fin du siècle, Kipling fera d’ailleurs voler en éclat son aura néfaste, grâce au Livre de la Jungle. Pour l’heure, à l’époque de la Restauration, la rencontre de cet enfant et de cet animal témoigne encore d’une crainte réciproque. Prêt à se défendre, le bambin est posté devant une cabane de rondins, dans laquelle est inscrit le cadran de cette pendule en bronze ciselé patiné et doré (h. 31 cm). Cet objet de charme sera proposé à Versailles le dimanche 26 juillet (Chevau-Légers Enchères OVV).
Estimation : 1 500/2 000 

Agenda

Cette dispersion généraliste fera voyager des montagnes enneigées peintes par Johann Wilhelm Lindlar, au pied desquelles évolue un troupeau (3 800/4 000 €), jusqu’aux terres berbères évoquées par un tableau de Romualdo Locatelli, montrant une femme et son enfant (3 000/3 500 €). Même éclectisme côté sculpture, où un Christ en croix, taillé dans l’ivoire en Allemagne au XVIIIe siècle (3 200/3 500 €), côtoiera un ours en marbre blanc de Michel Bassompierre, titré Les Saumons n°1 (autour de 9 000 €). De joyeuses scènes villageoises du XVIIIe siècle seront représentées sur une tapisserie de la manufacture royale de Lille tissée d’après Teniers (6 500/8 000 €), et se déploieront sur les six feuilles d’un paravent peint dans la veine de l’école du Nord (3 000/3 200 €). Tout aussi pittoresque, une pendule d’époque Restauration mettra en scène un enfant faisant face à un loup (1 750 € environ).

dimanche 26 juillet 2020 - 14:00
Versailles - Galerie des Chevau-Légers, 6 bis, avenue de Sceaux - 78000
Chevau-Legers Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne