Pérégrinations artistiques

Le 23 août 2019, par Claire Papon

André Maire est ce que l’on appelle un «peintre explorateur». Il a 21 ans quand il part pour l’Indochine, et découvre Angkor. D’autres voyages suivront, en Europe, en Afrique et en Orient.

André Maire (1898-1984), Buffles sacrés à Kapurthala (Indes), 1939, huile sur panneau de bois, 102 128 cm.
Estimation : 12 000/15 000 

Cette huile sur panneau, Buffles sacrés à Kapurthala, est datée 1939. Commencé l’année précédente en Égypte, où il avait été accueilli par la famille maternelle de son épouse Irène, fille du peintre Émile Bernard, son périple s’était poursuivi en Inde  qu’il sillonna du sud au nord, papiers, crayons et pinceaux à la main, jusqu’à ce que la guerre le contraignît à rentrer en France, où il fut mobilisé. Dès le début des années 1930, son travail est récompensé par de nombreux prix, ses œuvres achetées par les musées et prisées des collectionneurs. Aujourd’hui encore, elles ne sont pas rares sous le marteau, exception faite de celles représentant l’Inde. Estimé 12 000/15 000 €, ce grand tableau figure en bonne place dans cette dispersion sur le thème de l’Orient, aux côtés d’une Scène de garnison en Chine d’Auguste Borget (8 000/10 000 €), de deux gouaches publicitaires (pour la Compagnie de navigation mixte) figurant les ports d’Alger et d’Oran par Roger Chapelet (6 000/8 000 €), ou encore d’un panorama de la Muraille de Chine de Mao Zong Ze (3 000/4 000 €).

Les voyages forment la jeunesse

Le 12 septembre 2019, par Claire Papon et Anne Foster

«Orients, le monde rêvé par les artistes, 1889-1931» : tel est le thème de cette dispersion dont les tableaux parlent de la Chine, du Japon, de l’Inde, du Moyen-Orient et… de l’Afrique.

Roger Chapelet (1903-1995), Le Port d’Oran (reproduit) et Le Port d’Alger, paire de gouaches, 66 190 cm chaque.
Estimation : 6 000/8 000 € (la paire)

La maison de ventes en a fait l’une de ses spécialités, et qui s’en plaindrait… Cette fois, les pipes à opium voisinent avec des laques, des masques de théâtre japonais ; des éventails, des livres, des photos, des cartes postales d’Algérie et des affiches d’expositions ou des compagnies de navigation ponctuent le lever de rideau (est. 100 à 800 €), des bronzes chinois s’ajoutant en seconde partie de séance. Les tableaux sont les plus nombreux et les plus attendus. À commencer par un panneau d’André Maire, Buffles sacrés à Kapurthala, 1939, provenant de la famille de l’artiste et pour lequel 15 000/20 000 € seront à débourser. Exécutée à Pékin en 1921, une aquarelle de Joseph Ruedolf, Chamelier faisant s’abreuver ses chameaux, rappelle les affiches pour les Messageries maritimes (1 300/1 500 €), tandis qu’une toile de Mao Zongze, datée 1974, livre un impressionnant panorama depuis une Porte de la grande Muraille de Chine (2 000/3 000 €). Comptez 1 000/1 500 € pour une étude préparatoire de Louis Rollet pour son tableau du Salon de 1937, montrant un Retour de chasse en Afrique équatoriale. Au chapitre Afrique du Nord, une paire de gouaches de Roger Chapelet : ces vues du port d’Oran (voir photo) et du port d’Alger rappellent la carrière de ce peintre officiel de la Marine (1936). D’origine périgourdine, Chapelet découvre le monde nautique en 1927 grâce à son frère, radio sur le Rollon à Marseille. Après une série de vues de ports  Le Havre, Anvers, Rotterdam , il embarque en 1929 pour découvrir d’autres horizons, partant ensuite sur des voiliers pour peindre des campagnes de pêche à Terre-Neuve et au Groenland. Il sert durant la Seconde Guerre mondiale sur les convois transatlantiques, puis comme commissaire en Méditerranée. On le retrouve en 1946 en Indochine. Enfin, il œuvre comme affichiste. Nos gouaches ont été exécutées dans les années 1940. À l’époque, l’artiste séjourne à Oran et arpente ses environs pour une exposition, tout en réalisant pour la Compagnie de navigation mixte, sise à Marseille, des affiches, menus et autres travaux publicitaires.
 

Joseph Ruedolf (XIXe siècle-1957), Chamelier faisant s’abreuver ses chameaux, aquarelle, 53 x 41,5 cm. Estimation : 1 300/1 500 €
Joseph Ruedolf (XIXe siècle-1957), Chamelier faisant s’abreuver ses chameaux, aquarelle, 53 41,5 cm.
Estimation : 1 300/1 500 
mardi 17 septembre 2019 - 13:30 - Live
Salle 16 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Lynda Trouvé
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne