facebook
Gazette Drouot logo print

Des louis d’or en pagaille

Le 22 septembre 2021, par Caroline Legrand

23 pièces en or frappées sous Louis XIII et 216 sous Louis XIV constituent un trésor monétaire découvert à Plovezet, dans le pays bigouden (voir l'article Un trésor de pièces d’or découvert en pays bigouden de la Gazette n° 32, page 24). L’ensemble est mené par ce rarissime double louis d’or «à la mèche longue».

Des louis d’or en pagaille
Époque Louis XIV. Double louis à la mèche longue, 1646 P Dijon.
Estimation : 10 000/15 000 Adjugé : 56 120 €

Louis XIV est représenté à l’âge de 8 ans sur ce double louis dit «à la mèche longue». Frappée à Dijon, la pièce appartient à un corpus de seulement 120 exemplaires connus à ce jour et répertoriés dans l’ouvrage de référence de Frédéric Droulers. Elle est tellement rare qu’elle n’apparaît pas dans le catalogue de Victor Gadoury. Autre monnaie qui pourrait susciter la curiosité des collectionneurs : un louis d’or «à la croix de Templiers» frappé en 1640 à Paris à l’effigie du roi Louis XIII (8 000/12 000 €). Estimées pour la plupart entre 800 et 3 000 €, les trouvailles datent de 1638 à 1690. Deux sont des écus d’or d’époque Louis XIII, mais toutes les autres sont des louis d’or. En effet, en 1640, le système monétaire connaît une grande réforme voulue par le souverain et mise en place par son ministre des Finances, Claude de Bullion, afin de stabiliser les cours et rivaliser avec les puissances étrangères. Le roi décidant de la valeur du louis d’or, il le préserve de toute dévaluation et en fait un placement sûr ! La technique de frappe des monnaies évolue aussi, passant du marteau au balancier. Mais certaines, comme le louis d’or «à la croix de Templiers» de 1640, sont encore martelées, comme en témoignent quelques imperfections telle la frappe désaxée. De 1646 à 1672, le graveur général des Monnaies, Jean Warin, portera à un haut niveau de perfection les louis d’or royaux.
 

 

Agenda

Découvert en 2019 dans une maison du pays bigouden (Plozevet), un trésor monétaire, constitué de 239 pièces d'or frappées au XVIIe siècle sous Louis XIII et Louis XIV, sera dispersé (voir Gazette n° 32, page 24). Si l'estimation globale annoncée est de 250 000/300 000 €, chacune est estimée entre 500 et 15 000 €. Au plus haut se disputera le rare double louis « à la mèche longue » frappé en 1646 à Dijon, à l'effigie du jeune Louis XIV (10 000/15 000 €), souverain que l'on retrouve en 1690 à l'âge adulte sur un double louis « à l'écu » frappé à Troyes (2 900/3 700 €). 

Monnaies
mercredi 29 septembre 2021 - 14:00 (CEST)
12, rue des Arènes - 49000 Angers
Ivoire - Deloys - de la Perraudière / d’Oysonville
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot