Panorama (avant-vente)

Les bijoux d’André Derain

Le 08 septembre 2021, par Vanessa Schmitz-Grucker

L’intérêt de Derain pour le moulage des bijoux après 1945 est né de sa transition vers la sculpture. Il se rapproche de son ami, le joaillier François Hugo, pour créer dix pièces sculpturales pour sa femme. Les dessins originaux sont réalisés au plomb par le peintre fauve. Six d’entre eux devaient être fabriqués en or 23 ct, mais Derain meurt en 1954 avant que le projet ne se concrétise. Hugo s’attelle à leur édition en 1966 et 1967. Cet exemplaire d’auteur 1/2, pendentif en or 23 ct, annoncé chez Adam’s à Dublin le 14 septembre, a été tiré vers 2012 par l’Atelier Hugo, à partir des plâtres de 1965.
Estimation : 17 000/23 000 €

Agenda
Vente ponctuée par quelques lots de prestige dont la pièce maîtresse, un important bracelet d’émeraudes et de diamants (vers 1945) montés en platine, pourrait s’envoler jusqu’à 40 000 €. Estimation identique pour une paire de boucles d’oreilles serties d'un diamant jaune rectangulaire taillé en coin. Passeront aussi sous le marteau, une paire de cercles d'oreilles en jade et diamant, par Buccellati, représentant le profil d'un oiseau (12 000/18 000 €) et une broche en labradorite et diamant (1955) conçu comme un oiseau aux longues plumes articulées en or soulignées de diamants taille brillant. Pour les petits budgets, il sera possible d’acquérir une bague semi-éternité en diamant taille brillant, monté en platine pour 400/600 € ainsi qu’une bague du début du XXe siècle sertie de deux diamants taille brillant anciens, rehaussés de diamants taille rose, dans une monture millegrain, montée en or 18 ct : 500/600€. 
mardi 14 septembre 2021 - 17:00 - Live
Dublin - 26 St. Stephen's Green Dublin 2 - D02 X665
Adam's
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne