Un appartement chic et classique

Le 06 octobre 2021, par Claire Papon

Le contenu d’un appartement –meubles anciens, tableaux des XIXe et XXe ainsi que des objets d’art – est mis aux enchères.

Jean Metzinger (1883-1956), Deux femmes, huile sur toile, après 1947, 55 38 cm.
Estimation : 25 000/30 000 Adjugé : 35 100 €

C’est le genre de lieu où l’on se sent bien. Le décor est harmonieux, l’œil est séduit par les tableaux autant que par les objets et les meubles… L’ensemble, réuni de longue date, a été conservé par la famille. C’est le cas du portrait d’une Élégante au soulier rouge (aquarelle, 53 82 cm) par Kees Van Dongen, emblématique de ses représentations de personnages mondains. Le modèle – peut-être une ancêtre – est figuré en pied, de profil, vêtu d’une longue robe épousant sa silhouette élancée, la main négligemment posée sur le dossier d’un fauteuil Louis XV, l’extrémité de son escarpin vermillon faisant écho à son rouge à lèvres (18 000/25 000 € - adjugé : 241 100 €). Deux toiles de Jean Metzinger – l’une vers 1944 (Le Bassin devant la maison, 18 000/20 000 €), l’autre après 1947 (Deux femmes, voir ci-contre) –témoignent de son attachement au cubisme et de son retour à ce mouvement, dont il fut l’un des représentants. De Jean Crotti (1878-1958), le portrait d’une Femme aux grands yeux daté 1923 rappelle ceux aux ovales parfaits d’Amedeo Modigliani (4 000/6 000 €). Un peu plus loin, un dessus de porte de salle à manger signé des initiales de Georges d’Espagnat, Enfants au jardin (7 000/9 000 €), voisine avec un panorama d’Albert Lebourg à l’ambiance ouatée, Rouen, effet de neige (5 000/8 000 €), et avec un ensemble de projets de costumes à l’aquarelle de Nathalie Gontcharova pour les créations de Boris Kniaseff, danseur et maître de ballet né à Saint-Pétersbourg, installé à Paris en 1924 (1 200/1 500 €). L’estimation de 15 000/20 000 € (adjugé : 319 600 €) pourrait être dépassée pour un vase de forme bouteille (époque Jiaging-Daoguang) en porcelaine décorée, en émaux polychromes de la famille rose, des cent daims sous les pins, tout comme celle de 8 000/10 000 € d’un paravent à six feuilles d’époque Edo sur fond or d’une scène du Gengi Monogatari, le mobilier, des époques Louis XV et Louis XVI étant annoncé entre quelques centaines et deux milliers d’euros.

Agenda
L'essentiel, classique, et ponctué également de tableaux modernes, provient d'un appartement parisien. D'autres provenances cette fois, trois études à l'huile sur carton de Frédéric Bazille pour son tableau Les Vendangeurs sont attendues successivement entre 5 000 et 8 000 €, tandis qu'une peinture à la colle sur carton d'Édouard Vuillard, Le Wagon de métro II des années 1908-1909, est classique pour sa facture mais moderne par son sujet. Il est modestement estimé 20 000/30 000 €. Un bel ensemble de tapisseries de la seconde moitié du XVIe siècle et début du suivant sur le thème des feuilles de choux et de la chasse ferment la marche. Ces fragments de compositions en laine et soie proviennent des ateliers de la Marche, c'est-à-dire de la région d'Aubusson et de Felletin. Ils sont estimés entre 1 000 et 4 000 €, exception faite d'une Chasse à l'éléphant (vers 1600) animée de six chasseurs pourchassant deux pachydermes pour laquelle 4 500 à 6 500 € sont à engager. Une estimation qui ne trompe pas…
vendredi 15 octobre 2021 - 14:00 - Live
Salle 6 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Binoche et Giquello
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne