En hommage à Isabelle de Lorraine

Le 04 décembre 2019, par Caroline Legrand

Provenant de la collection Pierre et Claude Vérité, des céramiques et pièces de la Haute Époque seront dispersées à Alençon. Parmi ces objets, un étonnant portrait posthume.

Attribué à Francesco Laurana (vers 1430-1502), Portrait posthume présumé d’Isabelle de Lorraine, vers 1476-1480, buste d’applique en marbre blanc, 28,5 24 cm.
Estimation : 15 000/20 000 

Les Vérité avaient une nouvelle fois vu juste… En achetant ce buste en marbre, ils mettaient la main sur une énigme des arts de la Haute Époque. En effet, ces objets, appelés «masques» du fait de leur faible profondeur, forment aujourd’hui un corpus d’une dizaine d’exemples dans le monde, dont cinq en France (conservés dans les musées de Bourges, Chambéry, Villeneuve-lès-Avignon, du Puy-en-Velay et d’Aix-en-Provence). S’ils étaient auparavant considérés comme des effigies funéraires, on pense aujourd’hui, grâce à l’étude de Christian de Mérindol, qu’ils s’inséraient dans des médaillons d’ornement architectural. D’après ce dernier, ils sont «en relation avec le masque d’or du reliquaire de Marie-Madeleine au couvent de Saint-Maximin et sont des témoignages entre 1476 et 1480 de la dévotion du roi René à Marie-Madeleine et de sa tendresse jamais éteinte, mais alors renouvelée, pour sa première épouse Isabelle de Lorraine (décédée en 1453)». L’auteur présumé de ces masques féminins ? Francesco Laurana. Le sculpteur italien arrive en France en 1458 à l’appel de René, duc d’Anjou, comte de Provence et roi de Naples. Après des passages en Sicile et en Campanie, il séjourne à Marseille puis Avignon, où il meurt en 1502. Par son travail inspiré de l’Antiquité, il a œuvré à l’introduction de l’art de la Renaissance italienne en France.

Agenda
La collection Haute Époque de Pierre et Claude Vérité sera dispersée au cours de l'après-midi. Nous mettrons en avant de nombreuses sculptures parmi lesquelles un Portrait posthume présumé d'Isabelle de Lorraine en marbre blanc, attribué à Francesco Laurana (15 000/20 000 €. Voir Gazette n°42 page 166), et une Vierge en majesté Sedes Sapientiae en bois polychromé (10 000/15 000 €). La section des objets d'art comprendra une croix de procession d'Italie centrale de la seconde moitié du XVe, en cuivre doré et repoussé sur âme de bois, au Christ en argent et à motifs d'applique en repoussé de bustes sur carrés quadrilobés aux extrêmités (3 000/4 000 €). Concluons sur la céramique avec une jatte en faïence de Nevers datée de 1801, ornée d'une scène de la prise de la ville de Mantoue (1 500/2 000 €). 
samedi 14 décembre 2019 - 14:00
Alençon - 33, rue Demées - 61000
Orne Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne