facebook
Gazette Drouot logo print

Tradition et modernité avec JAR et Mellerio

Le 08 avril 2021, par Claire Papon

Les amateurs retenant leur souffle jusqu’en milieu d’après-midi seront récompensés par deux pièces signées JAR et Mellerio.

Tradition et modernité avec JAR et Mellerio
JAR, paire de pendants d’oreilles en platine et or jaune, composés de chutes de perles de corail surmontées de deux cercles imbriqués sertis de diamants taillés en 8/8, l. 7,5 cm.
Estimation : 60 000/80 000 

En plus d’être promis aux plus belles batailles d’enchères, ces deux bijoux ont en commun leur jeune âge. Le plus convoité en effet est un collier du soir à transformation en or gris, composé de fleurs de lys serties de diamants taillés en brillant formant couronne, pour lequel 150 000/200 000 € seront nécessaires. Il s’agit d’une pièce unique de 2013, signée Mellerio et numérotée. Fondée en 1613 par privilège de Marie de Médicis, la maison d’origine italienne Mellerio dits Meller s’implante définitivement à Paris au début du XIXe siècle, une judicieuse décision qui lui vaut croissance et succès, grâce notamment à l’impératrice Joséphine, qui se fournit en petits objets pour les offrir en cadeaux et entraîne dans son sillage les proches de son illustre époux. Aujourd’hui, l’histoire de famille se poursuit avec la quinzième génération, membre du club des Hénokiens – une association internationale qui regroupe des entreprises familiales âgées de plus de deux cents ans. Notre parure est présentée dans un écrin à la forme, avec un élément permettant de la transformer en tiare. L’autre vedette est cette paire de pendants d’oreilles de JAR, comprenez Joël Arthur Rosenthal, joaillier dont l’activité a commencé en 1978 à Paris. Reprenant des techniques et matières du passé, il a créé des bijoux avec un regard contemporain et un œil de grand coloriste. Et il a fait de l’absence de publicité l’une de ses signatures…

Agenda
C'est aux amateurs d'éventails plus que de bijoux peut-être que s'adresse le numéro 9 de la vacation : il s'agit d'un éventail du joaillier Frédéric Boucheron de la fin XIXe, la feuille en dentelle aux fuseaux à décor de bouquets de fleurs doublée de satin crème, la monture en écaille brune rehaussé du chiffre AD serti de diamants taillés en rose (2 000/2 200 €). De René Boivin, on a noté un bracelet souple vers 1940, en or jaune à décor ajouré, orné d'une perle d'or (4 000/6 000 €) de Jean Després. Plusieurs bijoux modernistes, dont une parure (collier et bracelet) à décor de boules d'ivoire alternées de boules d'argent (25 000/35 000 €) et une broche plaque en argent et or jaune ornée de corail épaulée de godrons et plaques d'agate bleues (10 000/15 000 €). Deux belles batailles d'enchères enfin sont prévues, l'une à 60 000/80 000 €, l'autre à 150 000/200 000 € pour des bijoux contemporains : une paire de pendants d'oreilles de JAR composés d'une chute de perles de corail surmontées de deux cercles en diamants et un collier du soir (à transformation) Médicis de la maison Mellerio, composé de fleurs de lys serties de diamants (pièce unique de 2013).
vendredi 16 avril 2021 - 14:00 - Live
Salle 7 - Hôtel Drouot - 75009
Gros & Delettrez
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot