Gazette Drouot logo print

La limousine des rois

Publié le , par Caroline Legrand

Une centaine de voitures provenant de différentes collections alsaciennes seront dispersées durant trois jours de vente online.

La limousine des rois
Hispano-Suiza H6B de 1921.
Estimation : 500 000/700 000 
Adjudication non communiquée

En pole position, une rare Hispano-Suiza H6 de 1921. Après une exposition à Rhinau en Alsace, dans l’usine aéronautique H. List construite en 1941-1942 par les Allemands, une centaine de véhicules provenant de différentes collections de la région seront proposés aux enchères sur Internet, pour cause de mesures sanitaires. Les estimations vont de quelques centaines d’euros, pour des motos, à 700 000 € pour cette Hispano-Suiza de 1921, en passant par les 150 000/200 000 € attendus pour une Talbot Lago T26 cabriolet de 1950. Nous sommes face à la voiture des rois ! L’Hispano-Suiza H6 a séduit bien des têtes couronnées de son temps, tels le souverain d’Espagne Alphonse XIII et celui de Suède, mais aussi des maharadjas et les Rothschild. Elle fut produite entre 1919 et 1933 à 2 350 exemplaires, se déclinant en plusieurs versions (A, B, C et Xenia). La B, sortie en 1922, est plus puissante que la première avec une cylindrée de sept litres, ce qui n’est pas peu dire puisque la toute première version se fit déjà remarquer par son moteur de six cylindres en ligne à arbre à cames en tête en aluminium, soit 32 cv, qui lui permettait d’atteindre les 130 km/h… un record pour l’époque. Évidemment, l’entreprise avait bien préparé son coup. Fondée en 1904 à Barcelone par l’ingénieur suisse Marc Birkigt et des investisseurs espagnols, la marque avait déjà présenté en 1907 une voiture à moteur six cylindres en ligne, luxueuse et coûteuse. C’est durant la guerre que se joue finalement sa réussite : Birkigt installe une usine en France, à Levallois, produisant des moteurs d’avion huit cylindres en «V» qui se font remarquer pour leur puissance et leur fiabilité. Sa voiture type H6, qui présente sur sa calandre la cigogne de l’escadrille de l’aviateur Guynemer, est ainsi fort bien accueillie au Salon de 1919. On loue sa puissance tout comme sa légèreté, grâce à ses blocs-cylindres en acier vissés dans le bloc moteur en aluminium, et sa toute nouvelle assistance au freinage. Conservé dans la même famille depuis soixante ans, celle de M. Jean-Paul Dubroca, notre exemplaire à la carrosserie Skiff en bois et rivets de cuivre par Duquesne à Tourcoing est aussi passé dans la collection de l’architecte en chef des bâtiments civils et des palais nationaux — également passionné d’aviation — M. Granet, et de sa femme Geneviève Salles, petite-fille de Gustave Eiffel.

Panorama (avant-vente)

Les années 1930 à plus de 100 km/h

Publié le , par Caroline Legrand

Annoncée à 40 000/70 000 € lors de la vente organisée online only, jusqu'au mercredi 26 janvier, par la maison Osenat OVV, cette Delage DI 12 de 1938...

Les années 1930 à plus de 100 km/h

Annoncée à 40 000/70 000 € lors de la vente organisée online only, jusqu'au mercredi 26 janvier, par la maison Osenat OVV, cette Delage DI 12 de 1938 est l’un des derniers exemplaires existant en version roadster. Elle a été découverte par son actuel propriétaire dans les remises d’un antiquaire alsacien, dans les années 1980. Malgré le rachat de son entreprise par Delahaye, Louis Delage présente au salon de 1935 une nouvelle quatre-cylindres appelée «D12», remplaçante de la D4. Carrossée tout d’abord en tôle sur bois par Autobineau, elle utilisera à partir de 1936 des caisses Citroën. Avec son moteur de 2 150 cm3, cette voiture peut atteindre 110 km/h. 

Agenda

Une petite centaine de modèles sont sur la ligne de départ. Les pronostics iront de 100/300 €, concernant une moto Honda 125 CB K4 datée vers 1970, jusqu'à 500 000/700 000 € pour une Hispano-Suiza H6B de 1921. Une Talbot Lago T26 cabriolet de 1950 se démarquera également, entre 150 000 et 200 000 €. Les Jaguar sont de redoutables concurrentes avec notamment une XK 120 Roadster de 1954, à envisager à 100 000/140 000 €, et une MK2 de 3,8 litres, datée de 1962 (35 000/45 000 €). Une Mercedes 190 SL de 1962 se négociera encore à 75 000/85 000 € et une Citroën Traction cabriolet Type 7C de 1934, à 40 000/70 000 €. Les marques Delage, Porsche, Audi, Ferrari, Chevrolet, Panhard, Alvis, BMW, Lancia, Ford, Rolls-Royce ou encore Alfa Romeo seront également de la compétition. Côté motos, signalons encore une Harley-Davidson Early Shovel Police de 1968, cotée 27 000/30 000 €, et une Indian Chief de 1944, à même hauteur.

mercredi 26 janvier 2022 - 16:00 (CET) - Online
Rue de Boofzheim - 67860 Rhinau
Osenat
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot