Par Yong Xing, fils de Qianlong

Le 10 décembre 2020, par Claire Papon

Œuvres de Yong Xing, fils de l’empereur Qianlong, quatre peintures à l’or sur papier bleu mettent en scène Subhuti et sont illustrées de citations du soutra du diamant.

Aisin Gioro Yongxing (1752-1823), peinture en rouleau à l’or sur papier bleu, d’une suite de quatre, à décor de Subhuti et citation du soutra du diamant, fin XVIIIe-début XIXe siècle, 57 32 cm.
Estimation : 20 000/30 000 € (l’ensemble)

Les amateurs qui tenteront leur chance sur ces œuvres garderont-ils leur sérénité ? Comme Subhuti, l’un des dix principaux disciples du Bouddha, adepte de la doctrine de la non-dualité – désignant à la fois l’unité fondamentale et la multiplicité des formes du monde. Le voici dans différentes attitudes, intercédant auprès de son maître, accompagné de citations du soutra du diamant, hommage à la sagesse, au bonheur et à la longévité. L’auteur de ces compositions est Aisin Gioro Yongxing, onzième fils de l’empereur Qianlong, calligraphe de talent et poète, formé auprès de Dong Qi Chang (1555-1636), peintre, calligraphe et critique d’art. Cette suite provient de la collection du docteur Jean-Augustin Bussière (1872-1958). Fils d’un instituteur de campagne originaire de la Creuse, cet aîné de sept enfants choisit la médecine navale, pour soigner, mais aussi pour voyager à travers le monde. Ainsi, il accompagne des missions qui remontent le fleuve Sénégal, participe à des expéditions sahéliennes, séjourne dans des comptoirs de l’Inde avant d’être appelé au Tonkin pour renforcer l’équipe de vaccination de l’institut Pasteur. Au printemps 1913, il embarque pour Tien Tsin – un voyage long de six semaines au cours duquel il rencontre Henri de Monfreid et se lie d’amitié avec le marchand d’art et collectionneur Albert Baur à Colombo. Quand il montre ses lettres d’accréditation à la légation de France à Pékin, il a 41 ans et ne sait pas encore qu’il passera les quatre décennies suivantes sur le sol chinois. Médecin de l’ambassade de France, puis conseiller des présidents jusqu’au début des années 1920, il se préoccupe tout autant du sort des inconnus, des pauvres et des réfugiés. Dans le salon de sa maison traditionnelle, il reçoit Alexis Léger, alias Saint-John Perse, Teilhard de Chardin et Alexandra David-Neel. En 1954, il sera l’avant-dernier Européen à quitter la Chine et s’installera au bord de la Sioule à 60 kilomètres de son village natal, défrichant le terrain qu’il avait acquis trente ans plus tôt.

Agenda
Si la vacation du matin ouvre les portes d'une bibliothèque, celle de l'après-midi débutera avec des feuilles d'éventails modernes (300/800 €) et des peintures en rouleau. Comptez quelques centaines d'euros là encore, à l'exception d'une suite de quatre œuvres fin XVIIIe-début XIXe, à décor de subhuti,  pour laquelle 10 000/12 000 € sont demandés. Comme la plupart des lots, elle a fait partie de la collection du docteur Bussière. Des objets de lettrés et de calligraphies, des laques, des jades et des bijoux prennent le relais, puis des porcelaines et quelques émaux cloisonnés. Un vase en forme de lanterne en laque cinabre d'époque Qianlong sculpté de cinq dragons s'affrontant et un vase maillet (marque et époque Kangxi), en porcelaine à décor de phénix mystique en rouge de cuivre, sont les plus attendus. Ils sont annoncés respectivement à 15 000/20 000 € et 10 000/15 000 €.
mercredi 16 décembre 2020 - 11:00 - Live
Salle 4 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Lynda Trouvé
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne