Un Américain à Concarneau

Le 19 novembre 2020, par Caroline Legrand

Venu d’outre-Atlantique pour s’installer en Bretagne, Charles Fromuth n’avait qu’une obsession : peindre des bateaux. Un rare ensemble de quarante-six tableaux révèle son talent avant-gardiste. 

Charles Fromuth (1866-1937), Une flottille de thoniers au port de Concarneau, dessin au pastel daté « 14-1915 », monogrammé et référencé « 367. C-C.”, 44 49 cm (détail).
Estimation : 2 000/3 000 

Estimées entre 150 et 6 000 €, les œuvres révèlent le travail d’un peintre entièrement consacré à la mer et aux bateaux, mais aussi au style si particulier, à l’avant-garde de son époque. Le pastel était son médium de prédilection – il le fabriquait d’ailleurs lui-même –, qui lui permettait ses nuances de coloris ainsi qu’un dessin très dynamique et expressif, rendant parfaitement le mouvement. La découverte des estampes japonaises à l’Exposition universelle de 1900 confirma Charles Fromuth dans sa voie, son goût pour la nature et la perspective faisant le reste. On comprend, en observant ses Rapsodies du soir sur le port, prisées 2 000/3 000 €, ou l’impressionnant Rythme hivernal sur le port (4 000/6 000 €) à quel point son art était éloigné de celui des autres peintres de marines de son temps, et peut-être aussi finalement pourquoi il ne connaît qu’aujourd’hui un juste début de reconnaissance. Le peintre américain a découvert l’Europe et la France en 1889, après avoir effectué ses études aux beaux-arts de Philadelphie, sous l’égide de Thomas Eakins. L’année suivante, il se rend en Bretagne, à Pont-Aven puis à Concarneau qu’il ne quittera plus, installé en pension à l’Hôtel de France. Il exposera ses œuvres jusqu’en 1910, mais arrêtera ensuite de rechercher la réussite commerciale. L’argent fourni par son frère et la vente de certains de ses tableaux suffisaient à sa vie de solitaire, emplie de ces vues du port encombré de bateaux et au ciel chargé.
 

Charles Fromuth (1866-1937), Rythme hivernal sur le port ou Winter Rhythm, 1929, dessin au pastel, signé, monogrammé, référencé N° 931-C.C
Charles Fromuth (1866-1937), Rythme hivernal sur le port ou Winter Rhythm, 1929, dessin au pastel, signé, monogrammé, référencé N° 931-C.C et daté, 73,5 68 cm.
Estimation : 4 000/6 000 
Agenda
Bienvenue pour cette nouvelle édition dédiée à « L'âme bretonne », qui proposera aussi bien une rare sculpture en faïence polychrome de René-Yves Creston réalisée vers 1930 par la manufacture Henriot, représentant le roi breton Nominoé sur son cheval harnaché (9 000/12 000 €), qu'un ensemble complet de vêtements de femme du pays bigouden vers 1880 (1 500/2 000 €). Aux cimaises, nous attirerons votre attention sur un ensemble de quarante-six tableaux du peintre américain Charles Fromuth, notamment Rythme hivernal sur le port (4 000/6 000 €. Voir Gazette n° 41, page 148) et Soirée animée (3 000/4 000 €), mais aussi sur un pastel de Lévy-Dhurmer, Bigoudène de profil (3 000/5 000 €), et une gouache de Lucien Simon, Le Cirque forain  (3 500/4 000 €). On conclura avec une plaque de forme tondo en faïence émaillée sur cru au grand feu de four réalisée par Michel Bouquet vers 1862, à décor en camaïeu de bleu représentant le château de Lanniron, l'église de Locmaria et le mont Frugy à Quimper (4 000/5 000 €). 
dimanche 29 novembre 2020 - 14:15 - Live
Brest - 13, rue Traverse - 29212
Adjug'Art
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne