Gazette Drouot logo print

Un record pour la Psyché de Marie Guillemine Benoist

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 04 juillet 2020 - 14:00 (CEST) - - 00000 www.vasari-auction.com

Son tableau avait fait la couverture du premier numéro de la Gazette, paru après le confinement (n° 20, voir l'article L’audace de Marie Guillemine dans un sujet rarissime. Une redécouverte)… Faut-il y voir un signe prémonitoire de la consécration bien méritée de celle qui peignit Les Adieux de Psyché à sa famille ?

Marie Guillemine Benoist (1768-1826), Les Adieux de Psyché à sa famille, 1791, huile... Un record pour la Psyché de Marie Guillemine Benoist
Marie Guillemine Benoist (1768-1826), Les Adieux de Psyché à sa famille, 1791, huile sur toile, 111 145 cm.
Adjugé : 362 080 

Ce grand morceau de peinture d’histoire a triomphé à Bordeaux, inscrivant 362 080 €, disputé entre des musées étrangers et des collectionneurs européens, pour être emporté par l’un de ces derniers, à partir d’une estimation maximale de 60 000 €. Un score impressionnant, et une revanche certaine pour cette peintre qui, en son temps, avait essuyé quelques remarques ironiques de la part des critiques d’art, peu enclins à saluer les talents du sexe opposé… Surtout quand ils s’attaquaient aux grands sujets mythologiques ou historiques (voir l'article Mademoiselle Benoist et consorts de la Gazette n° 26, page 121) ! Ici, à partir d’une des fables de L’Âne d’or d’Apulée, elle s’est attachée à dépeindre les affres de la séparation entre la jeune fille, ses parents et ses sœurs, dans un élan mesuré, très néo-classique. Il s’agit donc d’un record mondial pour une œuvre de l’artiste – « une peintre rare et courageuse », comme le souligne l’expert René Millet –, triplant son dernier meilleur résultat de 114 884 €, pour un Autoportrait copiant le Bélisaire et l’enfant à mi-corps de David, adjugé par Artcurial - Briest - Le Fur - Poulain - F. Tajan OVV, le 12 décembre 2004 à Paris (source Artnet). Pour expliquer encore ce très beau prix, il faut également rappeler qu’il s’agit d’une redécouverte, car cette composition importante (111 145 cm), exposée au Salon de 1791, avait depuis disparu. Benoist n’en est pas pour autant demeurée dans la pénombre de l’histoire de l’art : portraitiste de renom, elle est l’autrice d’une des plus belles représentations de femme exposée au musée du Louvre, peinte en 1800 et inhabituelle alors, car consacrée à une beauté noire. Rebaptisé depuis peu Portrait de Madeleine, le tableau représente la servante guadeloupéenne du même prénom, au buste dénudé, telle une moderne Joconde.

samedi 04 juillet 2020 - 14:00 (CEST) - Online
- 00000 www.vasari-auction.com
Vasari Auction
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne