Le rapport d’Art Basel sur l’impact du Covid-19 sur les galeries

Le 17 septembre 2020, par Agathe Albi-Gervy

Art Basel et UBS viennent de publier l’étude de Clare McAndrew mettant en lumière l’impact de la crise sanitaire sur le secteur des galeries d’art moderne et contemporain américaines, britanniques et hongkongaises au premier semestre 2020.

 

On sait le marché de l’art particulièrement sensible au contexte économique et social mondial. L’on sait que les galeries ont souffert de la crise sanitaire. Mais qu’en est-il concrètement ? Art Basel et UBS viennent de publier l’étude de Clare McAndrew, fondatrice d’Arts Economics, mettant en lumière l’impact de celle-ci sur le secteur des galeries d’art moderne et contemporain américaines, britanniques et hongkongaises au premier semestre 2020. Du côté de l’emploi tout d’abord, un tiers des enseignes interrogées ont dû réduire leur personnel pendant cette période. Celles présentant un chiffre d’affaires compris entre 250 000 et 500 000 $, qui tournent avec en moyenne cinq employés seulement, sont les structures ayant déclaré la plus grande perte d’effectifs : 38 %. Et les plus puissantes, celles qui enregistrent plus de 10 M$ de chiffre d’affaires, se sont séparées de 37 % de leurs salariés. Pour analyser les ventes, les auteurs de l’étude ont comparé les six premiers mois de cette année avec ceux de l’an dernier. Les résultats sont révélateurs : les galeries indiquent avoir perdu en moyenne 36 % en valeur de vente. Sans surprise, les plus petites souffrent davantage que leurs consœurs : - 39 % pour celles enregistrant moins de 250 000 $ de CA, - 47 % pour celles qui gagnent entre 250 000 et 500 000 $. On comprend que leur moral ne soit pas au beau fixe : interrogées sur leurs attentes du second semestre, 65 % se disent pessimistes et prédisent une chute de leurs ventes par rapport au premier trimestre… Les transactions en ligne représentent peut-être une solution : en hausse de 37 % au premier semestre, les ventes numériques atteignent 29 % de part des ventes – contre 37 % sur place. Peut-on donc se passer des foires physiques ? 91 % des galeristes prédisent que la situation des foires ne s’améliorera pas au second semestre ; un tiers seulement pensent que leurs ventes par ce biais augmenteront en 2021.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne