Gazette Drouot logo print

L’inoubliable séjour italien d’Auguste Vinchon

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 03 juillet 2022 - 14:00 (CEST) - 36, quai Charles-Guinot - 37400 Amboise

Évoquant les deux années passées à Rome par le jeune artiste, et ses nombreuses escapades dans la péninsule, quatre compositions insolites doublaient leurs estimations initiales.

Auguste Jean-Baptiste Vinchon (1787-1855), 24 vues d’Italie de différents formats,... L’inoubliable séjour italien d’Auguste Vinchon
Auguste Jean-Baptiste Vinchon (1787-1855), 24 vues d’Italie de différents formats, papiers marouflés sur toile, dimensions du cadre 148 145,5 cm.
Adjugé : 305 500 

S’étalant sur la couverture de la Gazette n° 25, les 24 vues de différents formats, peintes à l’huile sur papier marouflé et rassemblées dans un seul cadre à cloisonnements, ont tenté un collectionneur qui devait en offrir 299 000 €. Il s’agit de l’un des quatre panneaux réalisés après la mort d’Auguste Jean-Baptiste Vinchon, en 1855, par ses héritiers désireux de présenter tous les paysages peints que l’artiste avait conservés auprès de lui sa vie durant. Sur celui-ci, on détaillait, entre autres, Les Jardins de la Villa d’Este à Tivoli, ou encore une Chambre d’artiste à la villa Médicis donnant sur la Trinité-des-Monts. Le lot suivant, sur le même modèle, constitué du même nombre de vues, a emporté 305 500 €, recélant par exemple un Temple de Poséidon à Paestum et une Vue de la villa Borghèse avec le casino du Muro Torto. Quant au troisième cadre compartimenté, adjugé 223 600 €, il contenait parmi d’autres pépites picturales des vues de Naples, Capri et Ischia. Enfin, sur le dernier panneau (à 162 500 €) sont décrits certains monuments fameux, comme le Temple de Vesta à Tivoli ou l’Intérieur de l’église souterraine de San Martino in Monte à Rome. Il faut rappeler que ces œuvres exceptionnelles ont été peintes lors du séjour de Vinchon à la villa Médicis, d’avril 1816 au 31 décembre 1818, couronnant son grand prix de Rome de peinture d’histoire obtenu en 1814. Pour lui, comme pour tous ses camarades, ce sera, outre les études et le travail académique quotidiens, une belle occasion d’aller peindre sur le motif en plein air… Légèrement antérieure, une pendule des environs de 1800 (47 37 16 cm) sonnait une heure exotique puisque « à l’allégorie de l’Afrique », représentée par une femme tenant un arc. En bronze doré et bronze patiné noir, elle partait à 17 550 €.

dimanche 03 juillet 2022 - 14:00 (CEST) - Live
36, quai Charles-Guinot - 37400 Amboise
Daguerre
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne