Etel Adnan. Leporellos à la galerie Lelong & Co

Le 11 février 2020, par Céline Piettre
Etel Adnan, Poids de la lune V, 2019, gravure, 35 exemplaires, 49 38 cm.
© Etel Adnan/Courtesy Galerie Lelong & Co.

Répartie en deux espaces séparés par une volée de marches, cette exposition intéressera particulièrement les collectionneurs. Ils y trouveront les dernières gravures de l’artiste libanaise Etel Adnan, pour certaines n’ayant pas plus de deux mois : lunes pourpres et îles-montagnes qui vous possèdent en quelques traits, tel un haïku. Ce n’est que depuis 2014, à l’invitation de la galerie Lelong & Co. – spécialisée dans l’édition –, que cette grande dame de 94 ans s’adonne à l’estampe avec la joie des débutants, se réjouissant notamment de toucher un public plus large. En témoignent des tirages édités à trente-cinq exemplaires qui, s’ils s’en inspirent pourtant directement, «disent tout autre chose que la peinture», précise-t-elle. À l’étage, place à une déclinaison d’œuvres sur papier, ou parfois sur céramique, entre lesquelles zigzaguent les leporellos. Etel Adnan s’y est essayée dès 1963, sur les conseils d’un fumeur d’opium rencontré dans un café de San Francisco, comme elle le raconte dans l’ouvrage publié pour l’événement et qui vient étoffer le maigre appareil critique de son œuvre – constitué essentiellement d’entretiens. Pour l’artiste, ces livres en accordéon, hérités de la tradition japonaise, font le lien entre une poésie qu’elle pratique en plusieurs langues et la peinture, tout en composant de fragiles architectures. Ils déploient leur rythme dans l’espace, jouant leur partition mélodique et sculpturale. 2015, 2019… Là encore, l’encre vient à peine de sécher, laissant deviner une évolution de la manière : l’écriture qui en recouvrait les premiers spécimens cède aujourd’hui la place à une certaine nudité de la figure, confinant au signe. Outre leur accessibilité (de 2 500 à 15 000 €, ses huiles se négociant davantage autour de 30 000 €), les pièces présentées ici dévoilent une autre facette de son œuvre. À la densité presque minérale des peintures, concentrés d’énergie pure, se substitue une forme de douceur, des incertitudes mouvantes des leporellos aux vibrations colorées des estampes — dont on ne peut nier la séduction décorative.

Galerie Lelong Co.,
13, rue 
de Téhéran, Paris VIII
e, tél. : 01 45 63 13 19. 
Jusqu’au 7 mars 2020.
galerielelong.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne