Dina Vierny, le hasard heureux

Le 17 janvier 2019, par Alain Jaubert

Une exposition à l’aéroport de roissy évoque la vie de Dina Vierny, modèle d’Aristide Maillol, mais aussi galeriste et collectionneuse d’art moderne, qui créa à Paris la fondation-musée portant leurs noms.

Dina Vierny avec Aristide Maillol à Banyuls-sur-Mer, 1943.
© Galerie Louis Carré 


Une adolescente brune et potelée est assise dans l’herbe. Studieuse, concentrée, elle est penchée sur un devoir de chimie. À quelques mètres, un vieillard maigre, visage creusé, abondante barbe blanche, la regarde attentivement et croque son profil sur la page d’un grand carnet à dessins. Voilà une image, une parmi tant d’autres… L’homme âgé est le sculpteur et peintre Aristide Maillol (1861-1944), la jeune fille qui pose, Dina Aïbinder (1919-2009), qui deviendra Dina Vierny. Elle est née à Kichineff aujourd’hui Chisinau en Moldavie, dans une famille juive. Jacques, le père, est pianiste, une tante est cantatrice, tandis que des oncles aisés seront ruinés par la révolution bolchevique. En 1925, Jacques s’exile, passe par Varsovie et Berlin puis s’arrête à Paris, où il fait venir les siens. Dina a six ans. La famille loge dans un appartement rue Monge. L’enfant, qui a vite assimilé le français, est une écolière brillante. Dans la société cosmopolite que réunit régulièrement Jacques Aïbinder, outre ses amis de l’émigration russe et quelques écrivains français comme Saint-Exupéry, se trouvent des musiciens, des artistes, des architectes. Jean-Claude Dondel, l’un de ceux qui ont construit le musée d’Art moderne de la Ville de Paris, annonce un jour à Maillol avoir rencontré une jeune personne ressemblant à ses sculptures. Aristide écrit à Dina : «Mademoiselle, on me dit que vous ressemblez à un Maillol et à un Renoir. Je me contenterai d’un Renoir.» Dondel conseille à la jeune fille d’aller à Marly, où, chaque dimanche, le sculpteur reçoit. «Vous irez vers celui qui vous paraîtra le plus âgé.» Elle a quinze ans, elle est timide. Elle avise un homme avec une grande barbe blanche, mais il s’agit de Kees Van Dongen. Rires sympathiques dans une assemblée composée d’André Gide, Paul Valéry, Le Corbusier ou Henri Matisse. Elle accepte de venir poser, pour de simples portraits tout d’abord, les jeudis et les dimanches, car elle est encore lycéenne.

Pierre Bonnard (1867-1947), Nu sombre, 1941-1946, huile sur toile, 69 x 63 cm. 
Pierre Bonnard (1867-1947), Nu sombre, 1941-1946, huile sur toile, 69 x 63 cm. © Jean-Alex Brunelle 


Pas une minute à perdre
Pendant ses années universitaires, Dina a rencontré Pierre Jamet. Ce personnage, de neuf ans son aîné, l’entraîne dans toutes sortes d’aventures. Il est photographe et chanteur, fonde des chorales, dirige la colonie de vacances de Belle-Ile-en-Mer, où il photographie les frères Mouloudji, Henri Crolla et Daniel Filipacchi. C’est aussi un grand adepte de la vie en plein air. Ensemble, ils font des haltes dans les camps naturistes, où elle pose pour lui. Elle participe aussi aux chorales du Front populaire. Elle a une belle voix. «C’est de famille», dit-elle, évoquant sa tante cantatrice et ses parents fins musiciens. Bien des années plus tard, la soixantaine passée, elle enregistrera les Chants du goulag, une série de complaintes récoltées auprès de dissidents, lors de voyages en Russie. Elle tourne aussi dans un film de Jean Benoît-Lévy, Altitude 3200 (1938), avec Jean-Louis Barrault, Odette Joyeux, Bernard Blier. On lui propose des rôles, mais le cinéma ne l’intéresse pas : trop d’attente, trop de temps morts. Dina est une active, une déterminée, n’a pas une minute à perdre. Elle prend part aux activités du groupe Octobre, joue et chante pour Jacques Prévert. En ces années révolutionnaires, la jeune femme, farouchement antistalinienne, fréquente les groupes trotskistes. Son mariage en 1938 avec Sacha Vierny, le futur chef opérateur d’Alain Resnais, de Luis Buñuel ou de Peter Greenaway, la transforme en Dina Vierny. Elle perd son patronyme pour un nom russe plus facile à porter en ces années où l’antisémitisme sévit. En 1940, Dina rejoint Aristide Maillol et sa femme, Clotilde, à Banyuls. Le sculpteur partage sa vie entre sa maison en ville et son mas à cinq kilomètres de là. Pendant les séances de pose, elle potasse sa chimie. Au cours des années précédentes, elle a déjà inspiré plusieurs compositions de l’artiste : La Baigneuse drapée, La Montagne, La Rivière, L’Air. Cette fois, elle est l’Harmonie, une sculpture sur laquelle Maillol s’acharne et qui demeurera inachevée. De Banyuls, la jeune fille se rend à Montpellier, où s’est repliée l’université de Paris, à Marseille aussi, où elle retrouve plusieurs de ses compagnons de l’opposition trotskiste et un groupe d’écrivains, dont fait partie André Breton. Contactée par des amis de son père, Dina fait passer la frontière espagnole tout proche à des militants antifascistes. Elle avoue son activité clandestine à l’artiste, qui, aussitôt, lui indique un sentier de contrebandiers : ce sera «le chemin de Maillol». Mais elle est arrêtée par la police française. Le sculpteur engage un avocat qui parvient à la faire libérer et, par prudence, l’envoie chez Henri Matisse, à Nice. Elle pose un mois chez ce dernier, puis un autre chez Pierre Bonnard, au Cannet. Dina n’en continue pas moins de s’agiter. Elle visite Antonin Artaud, interné à Rodez. Elle se rend à Lyon, où elle a des contacts avec la Résistance. Elle «monte» parfois à Paris pour déjeuner avec Picasso. Et c’est à Montparnasse que, un jour de 1943, elle est prise dans une rafle et envoyée à la prison de Fresnes. Elle y reste six mois avant d’être libérée, une fois encore, grâce à l’intervention de Maillol. Retour à Banyuls, mais pas pour longtemps. En août 1944, c’est la libération de Paris. Dina fonce vers l’insurrection, participe aux barricades. Au même moment, Maillol est victime d’un banal accident de la route. Il meurt le 27 septembre 1944 sans nouvelles de sa protégée, dont il a fait sa légataire universelle. En 1946, Dina Vierny cherche un dépôt pour ses collections. Elle entre chez un bougnat de la rue Jacob, à Paris, pour téléphoner. Le patron entend qu’elle recherche un local et lui propose le bail de sa boutique. C’est cher. Elle en parle à Matisse, qui lui rétorque : «Vous allez vendre le plus beau dessin du patron, ça va couvrir cette somme et vous allez ouvrir votre galerie !» Le patron, c’est Maillol. Voilà donc Dina embarquée dans une nouvelle vie. La galerie est inaugurée en 1947, avec des bronzes, des peintures et des dessins de Maillol. Puis il y aura Rodin, Laurens, Picasso, Kandinsky, Dufy, Doucet… Elle va souvent chanter dans les cabarets avec ses amis tziganes et découvre leur guitariste, Serge Poliakoff. Il y aura encore les naïfs, que Dina préfère nommer les «primitifs modernes» et dont elle amasse des dizaines de tableaux : André Bauchant, Camille Bombois, Séraphine de Senlis… Plus tard, elle se rend dans sa Russie natale, où elle découvre Erik Boulatov (voir Gazette 2018 n° 43, page 288), Vladimir Yankilevsky, Ilya Kabakov, Oscar Rabine. Au prix de mille ruses et de complicités, elle parvient à faire sortir leurs œuvres, les expose à Paris et leur donne, en quelques années, une notoriété internationale. Dina, marchande d’art, achète et revend. Elle devient riche, mais a du mal à se séparer des œuvres qu’elle aime. Depuis son enfance, elle est une collectionneuse forcenée. Elle a commencé, très jeune, à ramasser des cailloux de couleur, des fragments de porcelaine dont elle a fait des mosaïques. Elle s’entoure de toutes sortes d’objets hétéroclites. «L’objet étrange, dira-t-elle, qui sort de l’ordinaire, qui ne sert absolument à rien, c’est pour moi !» Elle réunira une collection de samovars. Il y aura aussi des meubles de Haute Époque, des automates, des poupées, des objets de tribus indiennes rencontrées au Venezuela, des correspondances…

 

Vassily Kandinsky (1866-1944), Angles rouges, 1928, huile sur toile, 46 x 37 cm. 
Vassily Kandinsky (1866-1944), Angles rouges, 1928, huile sur toile, 46 x 37 cm. © Jean-Alex Brunelle 


Une fondation pour ses artistes
Au début des années 1960, Dina Vierny veut remplacer L’Hommage à Cézanne, sculpture en pierre de Maillol qui s’érodait dans le jardin des Tuileries, par un moulage en bronze. André Malraux lui propose d’ajouter d’autres œuvres de l’artiste dans cet espace royal. Dix-huit bronzes seront installés selon les idées de leur auteur : pas de socle élevé, pour que le regard «pénètre dans la sculpture, pénètre dans le ventre». «Une sculpture a besoin de perspective, elle a besoin d’air. Elle a besoin qu’on voie ses extrémités. Il y a aussi les profils. Il faut respecter tout cela. C’est un art très particulier que Maillol connaissait très bien et qu’il m’a transmis», aimait à dire Dina Vierny. Elle avait depuis longtemps l’idée de préserver ses collections et les œuvres de son mentor en créant une fondation. Peu à peu, elle a racheté les appartements des deux immeubles XVIIIe situés derrière la fontaine de Bouchardon, rue de Grenelle, avant de leur donner l’envergure d’un musée. Elle y place les œuvres de son ami  sculptures et peintures  et, à leurs côtés, celles des artistes qu’elle a défendus. En 1995 a lieu l’inauguration de sa fondation. Depuis, les expositions se sont succédé, dédiées à Maillol, Matisse, Picasso, Bonnard, Toulouse-Lautrec, Klimt, Basquiat, Bacon, Poliakoff, Magritte, Pascin, Ben, Foujita, Giacometti… Dina, qui aura été témoin de l’éclosion et des premiers succès de son musée, meurt en janvier 2009, à près de 90 ans. «J’ai eu de la chance, a-t-elle déclaré. J’ai eu la chance de rencontrer Aristide Maillol et de participer à son travail. J’ai eu la chance de rencontrer des êtres d’exception comme André Breton ou Victor Serge, ou Henri Matisse ou Pierre Bonnard, et, grâce à eux, d’avoir compris bien des choses. Tant en art qu’en politique. D’avoir compris bien avant les autres. Et tout cela, ce fut une succession d’heureux hasards.»

 

Aristide Maillol (1861-1944), Harmonie, 1er état, 1940-1944, bronze, fonte Émile Godard, h. 155 cm. 
Aristide Maillol (1861-1944), Harmonie, 1er état, 1940-1944, bronze, fonte Émile Godard, h. 155 cm. © Jean-Louis Losi 


 

Dina Vierny posant pour un état d’Harmonie, Banyuls-sur-Mer, mars 1941.
Dina Vierny posant pour un état d’Harmonie, Banyuls-sur-Mer, mars 1941. © John Rewald 

À voir
«Dina Vierny. Un éclectisme électrique de Maillol à Marcel Duchamp», Espace musées, terminal 2E, hall M, aéroport Roissy-CDG, tél. : 01 44 13 76 94.
jusqu’au 8 mars.
www.espacemusees.com

Fondation Dina Vierny-Musée Maillol, 61, rue de Grenelle, Paris VIIe, tél. : 01 42 22 59 58,
www.museemaillol.com

À lire
Dina Vierny, Histoire de ma vie racontée à Alain Jaubert, Gallimard, 2009, 256 pages, 22,90 €.
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne