Gazette Drouot logo print

André Lanskoy, Roberto Matta et Arvid Johansson

Publié le , par Christophe Provot

Emmenée par André Lanskoy et Roberto Matta, cette vente d’art moderne a enregistré de beaux résultats, succédant à une autre centrée sur la monarchie européenne, dominée par Arvid Johansson.

André Lanskoy (1902-1976), Le Chant du coq, 1960, huile sur toile, 73 x 60 cm. Adjugé :... André Lanskoy, Roberto Matta et Arvid Johansson
André Lanskoy (1902-1976), Le Chant du coq, 1960, huile sur toile, 73 60 cm.
Adjugé : 45 724 

Sa provenance prestigieuse et son attribution à Jean-Baptiste Greuze n’y auront pas suffi. Le Portrait du prince Louis-Charles de Bourbon, dauphin de France, futur Louis XVII (1785-1795), fils cadet du roi Louis XVI et de la reine Marie-Antoinette (voir l'article Portrait du Dauphin attribué à Greuze de la Gazette n° 17, page 40) n’a finalement pas trouvé preneur. Qu’importe ! La vacation du jeudi offrait de quoi réjouir les amateurs de royauté, fût-elle française ou étrangère. Ainsi d’un service à entremets pour la table de sa majesté Louis XVIII, constitué d’une ménagère en vermeil ornée des armes de France sous couronne royale, entourée des colliers de l’ordre du Saint-Esprit. L’ensemble de soixante-six couverts au poinçon d’orfèvre de Jean-Charles Caillet (1772-1849), à qui l’on doit également le reliquaire de la Sainte Couronne d’épines de Notre-Dame ou celui de la Sainte Ampoule à Reims, partait régaler d’autres convives moyennant 11 592 €. Aux cimaises, la Russie impériale était dignement représentée par une imposante marine de l’artiste suédois Arvid Johansson (1862-1923), dépeignant l’Arrivée du Standart, le yacht privé de l’empereur Nicolas II (148 98 cm hors cadre). Fort de ses 113 mètres de long, ce véritable palais flottant du dernier tsar de toutes les Russies – construit à Copenhague à la demande d’Alexandre III (1881-1894) et lancé en 1895 – était l’un des plus modernes de son temps. Le fier navire entrait au port moyennant 10 304 €. Le succès fut également au rendez-vous le vendredi 6 lors de la vente d’art moderne. Parmi les lots les plus attendus aux cimaises, deux toiles du Russe André Lanskoy (1902-1976) figurent en bonne place. Le Chant du coq (73 60 cm), de 1960, obtenait ainsi 45 724 €, tandis que sa Composition abstraite (60 73 cm) décrochait 36 708 €. Le surréaliste chilien Roberto Matta (1911-2002) s’illustrait quant à lui avec une huile sur toile de 1969, une Composition (81 65 cm), emportée à 41 216 €. Elle est représentative de la continuité de son travail depuis la période pionnière du surréalisme historique.

jeudi 05 mai 2022 - 11:00 (CEST) - Live
Salle 4 - Hôtel Drouot - 75009
Coutau-Bégarie
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne