Gazette Drouot logo print

A Sèvres, les formes vivantes de la céramique

Publié le , par Oscar Duboÿ

Après avoir débuté, il y a trois ans, au musée national Adrien-Dubouché de Limoges, cette exposition arrive à Sèvres dans sa version plus complète. Et force est de constater qu’elle est effectivement très riche, parcourant la céramique de la Renaissance à nos jours dans sa tentative de traduire le vivant sous toutes ses...

Jean Girel (né en 1947), Boîte grenouilles, 2013, porcelaine dure, 15 x 34 cm, Limoges,... A Sèvres, les formes vivantes de la céramique
Jean Girel (né en 1947), Boîte grenouilles, 2013, porcelaine dure, 15 x 34 cm, Limoges, musée national Adrien-Dubouché.
© RMN-Grand Palais (Limoges, musée national Adrien-Dubouché) © Mathieu Rabeau

 

Après avoir débuté, il y a trois ans, au musée national Adrien-Dubouché de Limoges, cette exposition arrive à Sèvres dans sa version plus complète. Et force est de constater qu’elle est effectivement très riche, parcourant la céramique de la Renaissance à nos jours dans sa tentative de traduire le vivant sous toutes ses formes. Car avant l’arrivée de la photographie, rien n’était plus vraisemblable que de sculpter le réel. Quoi de plus vibrant alors que la céramique, ce médium si malléable, capable d’épouser les formes organiques de la nature ? D’où le choix d’ouvrir avec la série des grands plats émaillés de Bernard Palissy, figure quasi tutélaire, où chaque détail d’une faune délirante est scrupuleusement respecté dans ses moindres reliefs, tel un trompe-l’œil d’un met prêt à être dégusté. Près de cinq siècles plus tard, le très bel ensemble de Jean Girel donne une autre version, plus sensorielle, de ce qui est appelé ici « naturalisme », interprété par le rendu épidermique de la porcelaine dure, renvoyant tantôt aux reptiles, tantôt aux amphibiens. Une confrontation passé-présent qui sert de mode opératoire jusque dans l’évocation de l’humain, illustrée par les différentes émulations suscitées par le légendaire bol moulé sur le sein de la reine Marie-Antoinette, sans oublier une pièce fascinante de Giuseppe Penone, sorte de mise en abyme où la main de l’homme brille par son absence, ou plutôt par son empreinte, laissée sur la terre. Ainsi, le figuratif laisse peu à peu la place à l’abstraction : on passe du style rocaille et d’une impressionnante série de vases art nouveau aux créations contemporaines de Claire Lindner façon végétation luxuriante : entre-temps, Darwin et le biomorphisme sont passés par là. Et comme la céramique évolue elle aussi avec son temps, voilà que la découverte du microscope lui donne des idées : partir à la recherche des organes les plus vitaux, en mimer les couleurs par le rouge sang de bœuf et, pourquoi pas, s’allier à la science pour imaginer des prothèses. Décidément, la céramique vit.

« Formes vivantes », musée nationalde Céramique,
2, place de la Manufacture, Sèvres (92), tél. 
: 01 46 29 22 05.
Jusqu’au 7 mai 2023.
www.sevresciteceramique.fr
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne