Ivoire du XIIIe siècle

Le 09 juillet 2020, par Anne Doridou-Heim

Un osculatoire en ivoire du XIIIe siècle surprenait le monde profane en touchant le ciel des enchères.

XIIIe siècle. Osculatoire ou baiser de paix en ivoire sculpté de la Crucifixion entre la Vierge et saint Jean, et des emblèmes de la Passion, 7,3 5,1 cm.
Adjugé : 312 000 

Sans aucune prétention, ce baiser de paix rectangulaire en ivoire sculpté sur sa face principale de la Crucifixion entre la Vierge et saint Jean et aux écoinçons, des emblèmes de la Passion, recevait 312 000 €. Nous n’avons pas d’explication pour l’instant à cette surprise, l’objet ayant été présenté comme du XIIIe siècle, mais très modestement estimé de 800 à 1 200 €. Doit-on y voir le miracle des enchères ? La raison est certainement ailleurs… L’origine de la pratique lors de la célébration eucharistique se trouve chez saint Paul, dans sa Lettre aux Romains (chap. XVI, vers. 16) : «Saluez tous les frères d’un saint baiser». Signe de communion avant la communion, celui-ci est attesté dès l’an 150 par le philosophe et martyr saint Justin – il se donne alors chastement sur la bouche. En 397, lors du troisième concile de Carthage, il est interdit entre hommes et femmes, pour mettre fin à certains abus… Enfin au XIIIe, il est réservé aux seuls clercs. Naît alors l’habitude de transmettre la paix aux laïques au moyen d'une petite plaque le plus souvent métallique, en bronze doré ou argenté, le contact physique direct étant par-là supprimé, mais le sens religieux du geste demeurant. Le fait que ce baiser de paix ait été exécuté en ivoire est un premier signe de sa rareté. Sa datation du XIIIe siècle en est un autre, pouvant en faire l’un des plus anciens de son genre.

mercredi 01 juillet 2020 - 11:15 - Live
3, rue Rossini 75009 Paris
Millon
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne