De la Hollande fonctionnelle à l’Inde mystique

Le 16 septembre 2020, par Philippe Dufour

Au cœur d’une vente mobilière auxerroise, se détachait la silhouette familière d’une pièce aux caractéristiques galbes et renflements.

Hollande, XVIIIe siècle, meuble scriban en placage de noyer, entrées de serrure et poignées en laiton, 229 103 59 cm.
Adjugé : 39 000 


Vous aurez reconnu, bien sûr, un meuble scriban (229 103 59 cm) fabriqué en Hollande au XVIIIe siècle. Ce type d’accessoire utilitaire – imaginé pour ranger livres et papiers, ainsi que pour écrire – a sans doute vu le jour dans les Pays-Bas au XVIIe siècle (sous le nom de schrijbank), avant d’être imité ailleurs, et surtout en Angleterre. Celui-ci est en placage de noyer et repose sur une base renflée ouvrant par quatre tiroirs et un abattant, surmontés de deux tirettes ; au-dessus s’élève une bibliothèque à portes en miroir et fronton en chapeau de gendarme, aux entrées de serrure et poignées en laiton. Ce bel exemplaire a inscrit 39 000 €. On voyageait plus loin encore avec les peintures suivantes, signées par Suzanne-Raphaële Lagneau. Cette artiste peintre, décoratrice, illustratrice, professeure de dessin à Paris, se passionne dès 1914 pour l’illustration des grands cycles hindouistes, tel le Ramayana. À l’automne 1923, le roi du Siam Rama VI et son frère, le prince Mahidol, lui ont commandé plusieurs toiles sur ces thèmes sacrés. Ici, elle donne vie aux épisodes mythologiques suivants : La Naissance de Lakshmi, Krishna volant les vêtements des Gopies et se réfugiant dans l’arbre et Une légende hindoue, soit trois éléments de décoration sur toile, signés (240 160 cm, panneau principal, et 260 120 cm, pour les deux autres). L’ensemble devait partir à 10 980 €.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne